Innov Invest : 100 entreprises et 300 porteurs de projets pourront être financés

D’une taille cible de 500 MDH, le fonds sera géré par la Caisse centrale de garantie. Le financement est assuré par la Banque Mondiale.

Le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid, a présidé, le 1er juillet à Rabat, la cérémonie de signature de la convention-cadre relative à la gestion par la Caisse centrale de garantie, pour le compte de l’Etat, du Fonds d’amorçage des start-up et des entreprises innovantes, «Innov Invest». Sa finalité est de développer l’écosystème du capital-risque, générer un effet de démonstration et d’influence du comportement des investisseurs et de leur aversion au risque et favoriser à terme la maturation du marché du capital-risque, jusqu’à ce qu’il atteigne une profondeur lui permettant de servir les entreprises innovantes les plus risquées.

Selon le ministre des finances, «Innov Invest est le fruit d’une approche participative et partenariale qui a permis la conception d’un modèle de financement adapté aux premiers stades de croissance des jeunes entreprises innovantes». Et d’expliquer que le fonds offre «une série d’instruments visant à répondre aux besoins différenciés de chaque étape du cycle de vie de la start-up : du préconcept ou de l’idée, jusqu’au lancement et à la commercialisation des produits».

Le privé invité à s’impliquer

Les financements du fonds seront portés principalement par des véhicules de capital-risque public/privé créés suite à des appels à manifestation d’intérêts, par la prise de participation dans des fonds similaires existants, ainsi que par des co-investissements directs ou indirects avec des réseaux de Business Angels. Une composante «Avances/dettes» et une composante «Assistance technique» sont également prévues pour favoriser le développement du flux des projets à financer et compléter l’investissement en capital. Le fonds, d’une taille cible de 500 MDH, est financé par la Banque Mondiale. Il devrait permettre de financer environ 100 entreprises pour la composante Equity et près de 300 porteurs de projets pour les composantes «Avances/dettes» et «Assistance technique», avec des effets directs et indirects sur l’emploi et des «impacts tangibles» en matière de développement.

Lors de la cérémonie de signature de la convention cadre relative à la gestion d’Innov Invest, le ministre des finances a également insisté sur «le rôle déterminant du secteur privé dans la réussite de ce projet» et invité à une participation active des investisseurs pour la structuration des fonds d’investissement.