Infrastructures : 100 millions de dollars pour les pays du MENA

Depuis janvier 2011, la SFI et la BID ont investi respectivement 2 milliards et 3 milliards de dollars dans des projets publics et privés et des activités liées au commerce.

Le groupe Banque Mondiale, à travers la Société financière internationale (SFI), filiale chargée des opérations avec le secteur privé, et la Banque islamique de développement annoncent qu’ils mettront 100 millions de dollars (800 MDH) dans un véhicule dénommé Facilité arabe pour le financement des infrastructures (FAFI) pour soutenir les projets d’infrastructures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

L’annonce a été officiellement faite lors du forum organisé le 16 avril à Marrakech en présence des ministres des finances de plusieurs pays de la région Mena Ce véhicule, créé en 2011 dans le cadre de la stimulation de la croissance économique et l’encouragement de la participation du secteur privé à la réalisation des travaux publiques dont les gouvernements ont du mal à mobiliser les financements, devrait être alimenté à concurrence de 300 à 500 millions de dollars.

Pour le démarrage, les deux maîtres d’œuvre ont débloqué chacun 50 millions de dollars Leur engagement résulte du fait que les pays de la région peinent à mobiliser les financements nécessaires pour les grands projets d’infrastructure (routes, ports, chemins de fer, réseau de distribution d’eau et d’électricité), alors que pour y faire face, il leur faudrait 70 milliards de dollars chaque année.

Simon Gray, directeur Maghreb de la Banque Mondiale au Maroc, indique qu’il y a des opportunités pour le partenariat public/privé tant dans les secteurs classiques, comme les énergies renouvelables que dans celui de la santé ou de l’éducation.

Depuis janvier 2011, la SFI et la BID ont investi respectivement 2 milliards et 3 milliards de dollars dans des projets publics et privés et des activités liées au commerce.