Les promoteurs opportunistes se désengagent de l’immobilier de bureaux

Le risque de suroffre sur le marché de l’immobilier de bureaux à Casablanca semble avoir échaudé les promoteurs opportunistes qui ont investi ce segment ces dernières années.

Selon un récent recensement du cabinet A. Lazrak, un total de 50000 m2 auraient fait l’objet de report, d’abandon ou de reconversion en résidentiel de la part des petits et moyens opérateurs. Le mouvement concerne particulièrement le centre-ville. Ce volume est loin d’être négligeable puisqu’il approche la demande annuelle historique du marché casablancais ou encore la moitié de la production moyenne annuelle constatée depuis 2012. Parallèlement, notons que les investisseurs, anticipant un regain de forme de la demande sur les programmes neufs, s’engagent sur des projets à dimension croissante.