Les professionnels du bâtiment se mobilisent pour assurer la continuité de l’activité et proposent un plan de relance du secteur, pour l’après pandémie

Le Conseil Professionnel du Cadre Bâti (CPCB) , organisme associatif interprofessionnel national, regroupant l’Ordre National des Architectes (CNOA), la Fédération Marocaine de l’Ingénierie des Essais et du Contrôle (FEDEC), la Fédération Nationale des Promoteurs Immobiliers (FNPI) et l’Ordre National des Ingénieurs Géomètres Topographes (ONIGT), s’engage activement avec les pouvoirs publics, en l’occurrence le ministère de l’habitat, dans la veille stratégique et le travail en intelligence collective pour la sauvegarde des postes d’emploi en œuvrant à la mise en place de l’environnement propice au maintien de l’activité par le développement du télétravail, l’encouragement de la digitalisation, la dématérialisation et le partage des approches innovantes.

Le conseil note que la phase du chantier est la plus impactée du fait de l’invitation au confinement des travailleurs. Toutefois, les chantiers peuvent assurer une production conjoncturellement réduite avec l’assurance de dispositifs sanitaires adéquats pour la protection individuelle de chaque travailleur. Ainsi, un Guide Opérationnel sera bientôt mis à la disposition des intervenants en vue de maintenir l’activité sur les chantiers en cours et pour préparer la reprise de la construction et de l’industrie. Les autres étapes de la construction peuvent être réalisées en faisant appel aux téléconsultations et télétravail selon l’effort d’équipement que peut déployer chaque intervenant en synchronisation avec l’ensembles de ses co-contractants.

Ainsi, pour assurer la continuité de l’activité et une synergie des efforts, les autres parties prenantes devraient jouer le jeu également, à travers les facilitations procédurales, l’amélioration des délais de traitement des demandes et le paiement des frais afférents ; la collaboration active des partenaires fournisseurs et clients en ce qui concerne la mutualisation des charges conjoncturelles ; l’assouplissement des mesures fiscales relatives aux délais impartis aux divers impôts et taxes et leurs paiements, ainsi que la remise gracieuse de tous montants grevant les principaux dus, même échelonnés dans le temps. Il est demandé également la solidarité des organismes bancaires et d’assurance en ce qui concerne les frais, agios et commissions avec le rééchelonnement gracieux des remboursements échus durant la pandémie pour les banques et la révision des primes avec retardement de leur perception par les compagnies d’assurance et enfin, la libération/accélération par les divers ordonnateurs/trésoriers du Royaume en faveur des entreprises de toute les situations en instance de payement et de toutes les cautions bancaires venues à échéance.

Pour anticiper, le CPCB s’engage fermement au côté des pouvoirs publics pour contribuer aux travaux prévisionnels des cellules chargées de réfléchir à la schématisation des options stratégiques devant, à la sortie de la pandémie, assurer la reprise du secteur de la construction. Le conseil suggère alors d’apporter son soutien à  la révision et la mise à niveau des textes de lois, des règlements et des normes concernant le cadre bâti sur le plan de la définition des responsabilités des constructeurs, la règlementation des interventions de construction, la normalisation des procédures et méthodes d’exécution/fabrication et la traçabilité du construit ; la refonte de l’environnement de l’exercice de l’ingénierie de la construction, handicapée par sa mise en concurrence sur la base du prix uniquement, et l’assouplissement des procédures administratives par l’accélération et la généralisation de la dématérialisation de l’ensemble des procédures d’encadrement du cadre bâti et ce, avec l’adoption de plateformes faisant appel à l’intelligence du bâti responsable dont le service doit progressivement s’étoffer pour atteindre une connectivité utile à toutes interventions. Il s’agit également de la formation d’une cellule de veille juridique et technologique pour suivre l’évolution du cadre bâti.