Fruits & légumes : une décennie bénéfique à la filière à tous les niveaux

• La superficie s’est élargie à 40 000 ha en 2019, contre 28 000 en 2008.
• La valorisation de la filière est en marche, puisque 3 unités de conditionnement et 16 unités frigorifiques ont été réalisées.
• Dans le cadre de la diversification des marchés à l’export, les exportations vers la Russie ont été multipliées par 2,4 et celles vers les pays du Golfe par 28.

Le maraîchage de primeurs représente 15% de la superficie de la filière maraîchère et contribue à hauteur de 26% à la production. Il est localisé principalement au niveau des régions de Souss-Massa, avec 57%, Rabat-Salé-Kénitra, avec 17%, Casablanca-Settat, avec 8% et Tanger-Tétouan-Al Hoceima, avec 5%. Le Plan Maroc Vert a largement contribué au développement de la filière. Hormis les subventions communes à tous les secteurs agricoles destinées, entre autres, à l’acquisition de matériels agricoles ou à des aménagements hydro-agricoles, des subventions spécifiques à la filière sont accordées par l’Etat, notamment pour les armatures de serres métalliques ou en bois, ainsi que les couvertures de serres en plastique et fil de fer, l’utilisation des filets de protection des cultures maraîchères sous serres contre les insectes, et pour les plantations fruitières contre la grêle. Les aides étatiques ont concerné également les plantations fruitières après arrachage des plantations attaquées par le feu bactérien, les analyses de laboratoire, les unités de conditionnement des produits maraîchers, les unités de stockage frigorifiques des produits maraîchers, et la promotion des exportations par voie aérienne des fruits et légumes. Ainsi, 3 unités de conditionnement ont été réalisées, 2 sont en cours de réalisation et 10 en cours d’approbation pour un investissement de 380 MDH. A côté, 16 unités frigorifiques ont été mises en place, 29 sont en cours de réalisation et 14 sont en cours d’approbation pour un investissement de 735 MDH. De plus, 25 120 ha ont été équipés en irrigation localisée et 3 projets d’agrégation ont été achevés pour un investissement de 308 MDH. Ce qui correspond à une superficie de 1 158 ha et un nombre d’agrégés de 193. En partenariat avec le ministère de l’agriculture, l’interprofession a réalisé une étude visant la création de plate-formes commerciales sur les principaux marchés extérieurs. Elle a également conclu et mis en œuvre deux conventions de recherches et développement. Entre 2008 et 2019, le secteur a nécessité enveloppe budgétaire de 2,8 MDH relevant du secteur public et 13,7 milliards de DH provenant du secteur privé.
Ces réalisations ont ainsi impacté favorablement les superficies cultivées, ainsi que le niveau de production. En effet, la superficie a augmenté de 42% durant la durée du contrat-programme, pour atteindre 40 000 ha, dont une hausse de 29% pour les cultures sous serre à 19 700 ha et une progression de 58% de la surface plein champ à 20 300 ha. La production, elle, a affiché une amélioration de 35% à 2,35 millions de tonnes. Pour leur part, les exportations ont augmenté de 9,6% pour se hisser à 1,3 million de tonnes, pour un chiffre d’affaires de 13,7 milliards de DH.
L’Union européenne demeure la première destination des fruits et légumes marocains. Cela dit, le pays a diversifié ses marchés à l’international. C’est ainsi que les exportations vers la Russie ont été multipliées par 2,4 et celles vers les pays du Golfe par 28. La tomate est le produit phare des exportations. Elle a connu de grands efforts en matière de segmentation : 50% des exportations sont constituées de tomates cerises, tomates cocktails, tomates olivette, tomate grappe… De plus, le Maroc exporte les haricots verts, poivrons, piments, oignons, courgettes, pommes de terre, melon et pastèque.

TAB

TABTAB