Fort redressement des recettes de l’IS

Les finances publiques poursuivent leur amélioration. A fin mars, le déficit budgétaire, tel que calculé par la TGR, s’est réduit de 35%, à 10 milliards de DH.

Une situation due à une quasi-stabilité des ressources ordinaires (+0,2%) et une baisse de 5,4% des dépenses ordinaires suite au net recul des charges de compensation. Notons toutefois que si les ressources ont stagné, c’est principalement en raison de la baisse sensible des recettes non fiscales (-65,6%), notamment les recettes des monopoles et participations. Celles fiscales ont, elles, progressé de 8,2%. Notons la forte hausse des recettes de l’IS qui ont progressé de 14,6%, l’impôt sur le revenu poursuivant, lui, sa tendance haussière modérée mais régulière en affichant +5,1%. Cette performance a largement compensé le tassement des recettes de TVA.