Une position de leader consolidée malgré une rentabilité altérée

La société fait mieux que son secteur et porte sa part de marché à  27,2%. Mais l’harmonisation des méthodes comptables après la fusion avec Chaà¢bi Leasing fait dévisser le bénéfice de 44%.

Après un premier exercice post-fusion avec Chaabi Leasing en roue libre, Maroc Leasing affiche des marges en berne en 2010. Heureusement pour les actionnaires que sur le plan commercial il en va tout autrement. Avec un encours net comptable de 10 milliards de DH, en progression de 12,3% contre à peine 8% pour le secteur, la filiale de la BCP consolide sa position de leader du crédit bail au Maroc, en portant sa part de marché à 27,2%. Dans cette lancée, portée également par les synergies avec le réseau des Banques Populaires, le produit net bancaire s’est apprécié de 10% à périmètre constant. Cela dit, il dévisse, en publié, de 34,4%, à 163,1 MDH, à cause d’une harmonisation des méthodes comptables opérées sur le portefeuille hérité de Chaabi Leasing. Une «technicalité» qui a éclipsé les efforts de synergies de coûts louables, qui ont permis d’économiser près de 7 MDH au niveau des charges générales d’exploitation, avec un coefficient d’exploitation qui se dégrade tout de même de 10,9 points en se hissant à 39,6%. Sur ce creuset, et malgré une forte détente du coût du risque inhérente à des efforts intenses de recouvrement et matérialisés par des dotations nettes de reprises aux provisions pour créances en souffrance qui reculent de 87,7%, à 1,3 MDH, le résultat brut d’exploitation et le bénéfice net ont dû se replier de façon substantielle et identique, de 43%, aux niveaux respectifs de 101,3 MDH et 61,8 MDH. Sans surprise, la rentabilité des fonds propres plonge, à son tour, à moins de 10% pour la première fois depuis 2003. Au demeurant, après l’assainissement comptable opéré et avec l’arrivée récente du CIH au tour de table, à hauteur de 34%, et ce, dans l’optique d’une intégration para-bancaire porteuse de synergies commerciales, Maroc Leasing devrait retrouver dès l’année en cours une rentabilité des plus satisfaisantes.