Colorado, le spectre d’un redressement fiscal fait baisser le bénéfice

Une provision pour risque de 12 MDH a été constatée, ce qui, parallèlement à  d’autres éléments, a fait baisser le résultat net de 30%. Heureusement que l’activité commerciale a été robuste.

A la faveur d’une stratégie de communication de masse, d’un effort de diversification de la gamme de produits et d’une politique d’élargissement du réseau de distribution, le chiffre d’affaires 2010 de Colorado s’améliore de 8,2% pour frôler les 620 MDH. Et encore, le récent partenariat avec Valspar (leader mondial des produits de carrosserie automobile), ainsi que l’inauguration du showroom de Tanger, n’ont que partiellement contribué à ce succès obtenu dans un contexte peu favorable. Le meilleur est donc à venir…
Le résultat d’exploitation a naturellement profité de cette embellie commerciale, mais une grande partie de sa hausse spectaculaire (+33%, à 115,7 MDH) est due à l’augmentation de la valeur du stock. En 2009, il était anormalement bas à cause de l’incendie qui avait ravagé en juillet de la même année un des entrepôts de la société à Casablanca. Cette hausse a permis à la marge opérationnelle de recouvrer 3,5 points pour revenir à son niveau de 2008, soit 19%.
Dans ces conditions béates (hormis l’incendie, bien évidemment), le passage au résultat net laisse perplexe. La société affiche en effet un retrait de 30,3%, passant à un bénéfice de 60,4 MDH. Cela est dû en grande partie à une provision pour risque de 12 MDH que la société a été amenée à constater. Le rapport des commissaires aux comptes précise que Colorado a fait l’objet d’un contrôle fiscal portant sur l’IS, la TVA et l’IR pour la période 2006-2009. Il indique aussi que la société a reçu la première et la deuxième notification relatives à 2006, et que les autres exercices n’ont pas encore été notifiés. A cela s’ajoute la non-reconduction des reprises pour provisions pour investissements et risques et charges, mais aussi le retour à un IS normal après trois années d’avantage. Du coup, la marge nette se déleste de 5,4 points, à 9,7%.