La transition énergétique, parmi les projets phares de l’ONDA

En collaboration avec EDF, l’office a réalisé un audit sur l’aéroport de Marrakech. L’objectif est d’optimiser le confort thermique et la consommation énergétique. Une réduction de 35 % de la consommation électrique en chauffage et en climatisation pourrait être réalisée.

L’ONDA s’est investi dans un large programme de protection de l’environnement. Bien que le transport aérien contribue à hauteur de 5% seulement aux émissions de gaz à effet de serre, elles sont amenées à augmenter d’une manière exponentielle avec la croissance de ce secteur. Tenant compte de cette donnée, l’office a fixé trois secteurs sur lesquels il agit en vue de pouvoir réduire ses émissions. Il s’agit du volet technologique; de la navigation aérienne et de la réglementation des sorties des émissions carbone. Ainsi, le programme environnemental de l’ONDA s’articule autour de la surveillance des nuisances sonores à travers par exemple la mise en place de convertisseurs électrique de 400 HZ, permettant un gain de 3500 tonnes de CO2 au niveau de l’aéroport MohammedV. D’ailleurs, «les aéroports de Casablanca et Marrakech ont obtenu l’accréditation carbone niveau 1 dans le cadre du programme du conseil africain des aéroports, délivré par le conseil international des aéroports, sachant qu’au total, ce sont seulement 5 aéroports de tout le continent qui ont reçu cette certification», se réjouit Zouhir Mohamed El Aoufir, directeur général de l’ONDA. De même, ce dernier table sur la rationalisation des consommations d’eau et d’énergie. En effet, en plus de la construction des stations d’épuration d’eau, l’office a lancé l’année dernière une opération qui consiste à remplacer la totalité des éclairages de ses bureaux et aéroports par des lampes LED. La navigation aérienne reste parmi les objectifs phares de l’ONDA qui n’a pas manqué de mettre en place certaines dispositions telles que l’affectation des routes directes au niveau des croisières ou encore la conception de nouvelles procédures d’approche. Actuellement, l’ONDA se félicite d’enregistrer un gain en distance de 3,5 millions de km, en fuel de 11 000 tonnes et en CO2 de 34 000 tonnes.

Outre la sensibilisation et l’éducation à l’environnement, l’ONDA compte s’engager dans une démarche ambitieuse de transition énergétique, en réalisant des audits de ses aéroports internationaux, en collaboration avec EDF, et ce, en vue d’améliorer leur efficacité énergétique, partant, de favoriser un basculement vers une économie neutre en carbone. L’aéroport de Marrakech a été choisi comme site pilote.

«Il est vrai que depuis 2008, l’aéroport de Marrakech utilise le photovoltaïque, ce qui a permis une économie de 320 kg de CO2 par jour», estime M. El Oufir. Cependant, des améliorations sont à apporter. En effet, les façades devraient être à double, voire à triple peau; la ventilation devrait être naturelle et mécanique et les vitres devraient être teintées anti-UV. EDF met l’accent aussi sur l’éclairage qui devrait être naturel et sur la récupération des eaux pluviales.

L’étude thermique de l’aéroport de Marrakech à laquelle s’est consacré l’audit a pour objectif d’optimiser le confort thermique et la consommation énergétique. Autrement dit, il s’agit de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre les bâtiments dans une plage d’énergie, dite de confort, variant de 20 à 26°C. Les résultats de l’audit thermique montrent que les équipements de climatisation/chauffage sont mal utilisés et nécessitent donc un fonctionnement optimal ; que les toitures se dégradent et que les températures dépassent les 26°C sur des périodes longues de l’année. De même, il est des entrées d’air parasitaires qui chamboulent tout le fonctionnement de ce mécanisme de chaud/froid. Ainsi, EDF a développé une méthodologie innovante  qui permet d’améliorer l’efficacité énergétique de l’aéroport de Marrakech. Basée sur une simulation thermo-dynamique, cette méthodologie permet d’optimiser à coûts maîtrisés le confort thermique des occupants en fonction de la consommation énergétique.Parmi ses principaux piliers, le maintien des équipements de production de chaud et froid en bon état de fonctionnement, la réduction des infiltrations d’air et l’isolation des toitures. In fine, l’étude menée par EDF préconise des améliorations qui permettent d’assurer le confort thermique sur toute l’année tout en réduisant de 35% la consommation électrique en chauffage et en climatisation, sachant que cette réduction peut atteindre jusqu’à 45% dans un scénario ambitieux. Pour sa part, l’empreinte carbone serait ainsi réduite de 160 tonnes CO2/an. En tout cas, vu ces résultats, l’ONDA projette de  généraliser cette démarche à l’ensemble des aéroports du Maroc et de la partager  avec les aéroports africains partenaires.