ADM mobilisée pour protéger l’infrastructure autoroutière

380 km de réseau considérés comme très exposés  et 3 bassins versants comme inondables. ADM a lancé des projets techniques de protection et de prévention pour maîtriser les risques de glissement de terrain.

Les effets du changement climatique ne se matérialisent pas seulement sur l’agriculture, l’énergie, l’eau…, ils sont fortement présents aussi sur le réseau autoroutier, rendant nécessaire la gestion proactive de ces changements. A ce titre, la participation et l’engagement d’ADM pour la protection de l’environnement et la lutte contre les effets du bouleversement climatique est donc indéniable. Il faut savoir que même si le réseau autoroutier en exploitation au Maroc compte aujourd’hui 1800 km, le développement de certaines autoroutes situées sur des terrains difficiles ou de reliefs tourmentées a posé aux concepteurs des problèmes géotechniques identifiés sur 380 km de réseau considérés comme très exposés et 3 bassins versants considérés comme inondables. Au fur et à mesure de l’apparition des surprises géologiques, les concepteurs de projets prennent des mesures urgentes avec une large palette de techniques.

Aujourd’hui, ADM s’emploie en permanence à maîtriser les instabilités des talus et versants au niveau des autoroutes qui se trouvent amplifiés par endroits par la hausse des précipitations violentes et dans d’autres endroits par le phénomène de retrait dû à la diminution des précipitations.

Ces deux phénomènes sont la conséquence directe du changement climatique. Pour cela, ADM adopte une démarche proactive qui repose sur un diagnostic et zonage du risque de glissement sur tout le réseau autoroutier. Ce zonage est basé sur une classification des sols selon l’aléa de l’instabilité, ce qui permet d’orienter les efforts de surveillance et de prévoir des techniques de confortement appropriées et au moment opportun.

Autre projet d’ADM, le programme de végétation autochtone mis en place en partenariat avec l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) pour lutter contre l’érosion et développer des semences et techniques propres et végétaliser jusqu’à 10 000 hectares de terrains en collaboration avec les agriculteurs riverains des autoroutes.

Le projet Al Arde permettra à cette population détentrice des terrains avoisinants les tronçons autoroutiers de participer à la multiplication à grande échelle des espèces végétales locales prometteuses.

Plusieurs axes stratégiques sont identifiés :

– Inventaire et sélection des espèces végétales prometteuses de la flore spontanée et des plantes introduites, à potentiel de protection contre l’érosion due au changement climatique

– Multiplication des semences locales prometteuses.

– Participation active de la population locale riveraine à grande échelle.

– Végétalisation des talus autoroutiers, selon les techniques de génie biologique à partir des semences autoproduites.

– Renforcement des capacités des acteurs concernés par ledit projet.

A travers ces actions, ADM vise la réalisation de bien des objectifs, à savoir la diminution des coûts de maintenance des autoroutes menacées ; l’amélioration des revenus des populations locales, l’amélioration des paysages des tronçons d’autoroutes ; la diminution de la vulnérabilité des infrastructures des autoroutes et l’augmentation de la faune locale. Pour capitaliser sur l’ensemble de ces expériences, ADM a édité une série de livres spécialisés en géotechnique dont le dernier s’intitule «Guide méthodologique de stabilité des pentes» qui traite et apporte des solutions aux différents types de glissement que peut connaître le Maroc. De plus, à l’échelle nationale et continentale, ADM Académie lance un cycle de formation des experts en géotechnique et risque de glissement pour le renforcement des compétences marocaines et africaines.