Enquête. Financement : les TPE et les auto-entrepreneurs comptent sur l’entourage et le crédit fournisseur

Les TPE et les entrepreneurs individuels restent encore peu servis par les banques. L’enquête de Bank Al Maghrib sur les micro-entreprises et les TPE, vient confirmer ce constat, chiffres à l’appui.

Selon ses conclusions, quand ces petits opérateurs rencontrent des problèmes de trésorerie, elles recourent à hauteur de 82% à l’entourage ou aux règlements différés auprès des fournisseurs (crédit inter-entreprises). La même enquête, dont les résultats ont été dévoilés dans le dernier rapport sur les Infrastructures des marchés financiers, des moyens de paiement et de l’inclusion financière, montre que le faible volume d’activité (45% des entités sondées) est le principal frein à la bancarisation, suivi par le manque de besoin (41% des entités sondées) et le manque de confiance dans les banques (13%).
Pour ce qui est du choix de l’offre de financement, le coût des crédits est le principal critère de décision (58%), suivi de la souplesse accordée en cas de difficulté de paiement (34%) et du montant de la traite (31%).

Quant aux niveaux d’informel et de cash, ils pénalisent l’inclusion financière des individus et des entreprises, en particulier du fait de l’incapacité des opérateurs financiers à apprécier le risque de ces segments et l’appréhension de ces populations par rapport aux circuits financiers formels. Selon la banque centrale, ce caractère informel complexifie l’accès au crédit bancaire pour les particuliers et les entreprises en raison notamment du peu de garanties et de sûretés à apporter pour un crédit, du peu de connaissance des comptes de résultats des entreprises, de dossiers de crédit ou d’ouvertures de compte souvent incomplets nN.D.