Difficile de mesurer l’effet du Covid-19 sur les activités liées au sport

Les activités pivotant autour des compétitions sportives seront sans aucun doute touchées. En cas de suspension définitive du championnat du football, les clubs seront confrontés à la problématique des salaires.

Huis-clos imposé aux matchs des différentes ligues de football, report du Marathon des sables (MDS), report du Titan Desert, grande compétition de cyclisme de montagne qui se tient d’habitude dans le SudEst, etc. La pandémie mondiale du Covid-19 a complètement chamboulé l’agenda sportif dans le pays. Cela ne se fera évidemment pas sans dommages financiers. Si, comme nous l’avions précisé dans l’édition précédente, les deux grands clubs de football casablancais perdront entre 600 000 et 700000 dirhams par match joué à domicile (www.lavieeco.com), les autres sports seront également touchés. Pis, les activités pivotant autour des compétitions sportives, comme le sponsoring et la publicité, seront sans aucun doute impactées négativement.

Les contrats de sponsoring seront-ils annulés

«Plusieurs annonceurs vont revoir leurs engagements envers les entreprises ou les événements sportifs avec lesquels ils avaient signé un contrat de parrainage. Cela est certain», nous précise un professionnel de communication sous couvert d’anonymat. Il est clair que le huis-clos imposé de facto sur ces compétitions prive les annonceurs des retombées médiatiques, un des retours sur investissements majeurs du sponsoring. Dans le cas du foot, cela s’ajoute à la perte causée au niveau de la billetterie. «Pour ce qui est des événements reportés, cela ne remet pas en cause les engagements des sponsors, car il s’agit d’une force majeure», poursuit notre source. Néanmoins, cela n’empêche pas qu’il y aura préjudice. Les événements programmés actuellement bénéficient du pic commercial de mars et avril. Le report jusqu’à septembre ou novembre, comme dans le cas du MDS et du Titan Desert, prive les sponsors de ce «prime time annuel» commercial et de ses bénéfices. «La période du début de l’année est une période de renouvellement des contrats de parrainage. Ce n’est pas une période de pic », conclut notre source.

L’audience télé préservée

Cela dit, le cas des matchs de football joués à huis-clos ne prive pas les annonceurs d’audience télé. C’est en tout cas ce que pense Youssef Cheikhi, président du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM). «Les publicités restent visibles lors de la transmission de la télé. Cela est important», a-t-il précisé. «Quoi qu’il en soit, il est encore un peu tôt pour avoir une idée précise sur l’impact des mesures prises pour contrer le Covid-19», poursuit le président du GAM. Si la situation persiste, les coupes sur les budgets toucheront en premier lieu le sponsoring et la publicité. Dans le cas de suspension des compétitions, y compris les ligues de football, les clubs feront sûrement face à un autre problème. En état de cessation d’activité, ils devront verser des salaires aux joueurs et aux techniciens. Sachant que la masse salariale constitue 80% des charges des clubs, cela serait sans aucun doute dévastateur sur leurs finances. A suivre.