Deux millions de Marocains ont bénéficié du Millenium Challenge Account

Les déboursements atteignent désormais 82% de l’enveloppe globale, ils atteindront probablement 95% à  fin novembre. Sur 55 employés, 26 resteront jusqu’au 13 janvier 2014 pour liquider les derniers actifs et réaliser les audits. Les chantiers en cours seront repris par les ministères impliqués.

C’en est bientôt fini de l’Agence du partenariat pour le progrès (APP). Plus de cinq ans après sa création, elle fermera bientôt ses portes, comme le prévoient d’ailleurs ses statuts. Fidèle à la politique de transparence «à l’américaine» appliquée depuis le démarrage du programme, la dissolution de l’agence respecte un planning bien précis. Concrètement, le 15 septembre à minuit marque d’abord le dernier délai pour la réception des livrables et attachements, c’est-à-dire toute attestation détaillée de travail effectué. 60 jours plus tard, soit le 15 novembre, toutes les factures devront être réceptionnées. L’APP aura alors jusqu’à la fin du mois pour les régler. Enfin, le personnel restant aura finalement jusqu’au 13 janvier 2014 pour liquider les derniers actifs et réaliser les audits.

Sur les 55 employés, 26 resteront jusqu’à cette date. «Le vendredi 13 janvier, nous libérons le local», précise Malika Laasri, DG de l’gence par intérim depuis l’éviction de Morad Abid en mai dernier.

Par effet mécanique, les 100% ne seront pas atteints

A quelques jours du coup de sifflet final, le montant total des engagements s’élève à 680,6 millions de dollars, soit 5,7 milliards de dirhams. Cela représente 98% de l’enveloppe globale attribuée par le Millenium Challenge Account au Maroc, qui était alors de 690,7 millions de dollars, soit près de 6 milliards de DH. Quant aux déboursements, ils totalisent 570 millions de dollars, soit près de 5 milliards de DH et 82% du total. «D’ici fin novembre, nous espérons atteindre 95% en matière de déboursements», prévoit Mme Laasri. «De toute façon, les 100%, qu’il s’agisse d’engagements ou de déboursements, ne pourront être atteints pour la simple raison qu’un petit pourcentage de l’enveloppe attribué par MCA a été recadré», poursuit la DG. En effet, pas moins de 2 millions de dollars ne seront pas engagés car ils résultent d’une réévaluation du Compact lui-même –certains budgets ayant été surévalués– mais surtout d’une résiliation de contrat dans le projet «Arboriculture fruitière». «Une société espagnole n’a
pas assuré la maintenance des 10 000 hectares qu’elle avait plantés. Or, nous sommes tenus de réceptionner un ouvrage réalisé à 100%, sinon nous ne payons pas», explique Mme Laasri. A cela s’ajoute un montant que la MCA avait pris en compte pour les «au cas où».

Entre 70 et 80 contrats vont restés ouverts sur les 300 signés

Projet par projet, tous les volets -au nombre de 6 (voir encadré)- atteindront au final plus ou moins 95% d’achèvement, sauf celui consacré à l’artisanat et à la Médina de Fès. Ce dernier prévoyait entre autres «la conception et la construction de la Place Lalla Ydouna». Malheureusement, celle-ci a rapidement enregistré des retards. Un concours international d’architecture avait bien été lancé, mais en ressortant infructueux, il était alors trop tard pour le relancer.

C’est finalement le ministère de l’intérieur, avec l’Agence pour le développement et la réhabilitation de Fès (ADER Fès) qui reprend en charge le projet. 44 millions de DH ont d’ores et déjà été versés pour indemniser 939 artisans délocalisés de la place Lalla Ydouna. Malgré tout, d’autres axes du volet «Artisanat et Médina de Fès» ont pu être réalisés avec succès. C’est ainsi que 23 ateliers de production de dinanderie ont pu être livrés aux artisans bénéficiaires. Même si quatre foundouks datant des XIVe et XVe siècles sont toujours en cours de réhabilitation, un foundouk de 77 unités de production a pu été livré.

Par ailleurs, 2 332 artisans potiers des régions de Fès et Marrakech ont bénéficié d’un renforcement de capacités ; 11 fours à gaz ont été livrés dans ces mêmes deux villes. L’APP est également venue en soutien du ministère de l’artisanat pour la conception et le lancement du label national de l’artisanat.

Résultat, aujourd’hui 27 ateliers de production ont été accompagnés pour la labellisation d’au moins un de leurs produits.
Pour chacun des autres projets (Arboriculture fruitière, Pêche artisanale, Alphabétisation fonctionnelle et formation professionnelle, Services financiers–microcrédit, Soutien à l’entreprise), les réalisations sont jugées très satisfaisantes par le management de l’APP. «Tous les projets seront à 98% clôturés. Entre 70 et 80 contrats vont rester ouverts sur les 300 signés. Certains impliqueront des dépenses de l’Etat, d’autres non. Le gouvernement dispose d’un plan d’action précis en la matière», confie Mme Laasri.

S’il y a un seul chiffre à retenir dans le flot de données, c’est certainement celui de 2 millions de Marocaines et Marocains qui ont profité directement du programme.