DAT : les taux se sont envolés en décembre

Ils ont atteint en moyenne 3,71% sur six mois et 3,99% sur un an. La course vers la réalisation des objectifs de fin d’année explique cette tendance. Les conditions de base demeurent les mêmes, mais la négociation est plus facile.

Les produits bancaires restent le meilleur investissement dans ce contexte de baisse des rendements des placements financiers. En effet, les comptes sur carnet et les dépôts à terme continuent d’offrir une rémunération intéressante. Bien qu’en baisse de 12 points de base sur un semestre glissant, le rendement des premiers est fixé pour les six premiers mois de cette année à 3,62%. Les comptes bloqués, eux, ont proposé une rémunération à fin décembre de 3,71% pour les dépôts sur une période de 6 mois. Ils sont en hausse de 22 points de base par rapport à un mois auparavant et de 20 points de base par rapport au début de l’année. Pour sa part, le taux de rendement moyen des DAT sur 12 mois a culminé à 3,99%, en progression de 2 points de base par rapport à novembre et de 12 points de base comparativement à janvier.

Il faut savoir que ces taux de rendement sont calculés par Bank Al-Maghrib sur la base de la rémunération moyenne proposée par les banques. Ils ne reflètent nullement la réalité du marché, car sur le terrain les conditions de placement de base restent inchangées. Par exemple, chez Attijariwafa bank, les taux démarrent à 2,50% pour la maturité 3 mois et vont jusqu’à 3% pour un dépôt bloqué sur 12 mois. BMCE Bank offre un taux de rendement de 3% sur 3 mois, 3,50% sur 6 mois et 3,75% sur 12 mois.

Toutefois, une grande marge de négociation existe entre le banquier et sa clientèle, contrairement au taux du compte sur carnet qui, lui, est fixé par l’institut d’émission. En effet, plusieurs banquiers confirment que dans un contexte de raréfaction des ressources et, partant, de déficit des liquidités, les banques adoptent une politique agressive de collecte des dépôts de la part de tout type de clientèle, quitte à relever le taux de rémunération des dépôts à terme. D’ailleurs, un conseiller commercial affirme qu’un client peut facilement placer un DAT de 50 000 DH à un taux de 3,25% sur 3 mois. Les dépôts d’un montant conséquent, eux, sont valorisés à un taux de rendement largement plus intéressant. Notons qu’il n’existe pas de règle générale et que cela dépend de la taille du client et de sa signature. Un dépôt de 4 MDH par exemple est rémunéré auprès d’une banque de la place à 4,30%, soit le plus haut accordé.

Ce phénomène prend davantage d’ampleur en fin d’année. En effet, la négociation des taux d’intérêt par les clients est d’autant plus intéressante car les banques n’ayant pas encore atteint les objectifs qu’elles se sont assignés en début d’année, s’empressent de les réaliser. Du coup, pour maximiser la collecte des dépôts, elles lâchent la main sur la rémunération des DAT. Ce qui explique le niveau des taux d’intérêt moyens atteint en décembre dernier. Le but étant de gagner ou au mieux de préserver leurs parts de marché sur ce segment.