Coup de balai dans les maisons d’hôtes à  Marrakech

181 «hôtels» clandestins ont été obligés de fermer.

Le nettoyage des maisons d’hôtes a commencé, du moins à Marrakech où, en début de semaine, les propriétaires de 181 maisons d’hôtes qui accueillaient, sans autorisation, des touristes, ont été priés de mettre la clé sous le paillasson. Il leur est aussi demandé d’adresser à la wilaya une déclaration sur l’honneur reconnaissant que ces résidences ne sont rien d’autre que des logements personnels. En effet, la Commission régionale de classement des maisons d’hôtes, composée notamment de membres de la wilaya, de la délégation du tourisme, des services d’hygiène et de sécurité, reconnaît dans un rapport l’étendue du phénomène des maisons d’hôtes clandestines, échappant à toute réglementation. Elle précise que «le nombre d’attestations reste insignifiant par rapport au nombre d’unités existantes».

32 établissements autorisés mais déclarés non conformes
L’assainissement de cette activité n’en est qu’à ses débuts, commente un hôtelier. D’après lui, si le phénomène de l’ouverture des maisons d’hôtes s’est développé à une vitesse exponentielle ces dix dernières années, c’est en raison du vide juridique qui prévalait. Aujourd’hui, avec l’entrée en vigueur de la loi 61/00 qui réglemente l’ouverture et le fonctionnement de ce genre d’établissements, il est possible de veiller sur la bonne marche de ces derniers aussi bien à Marrakech que dans d’autres villes comme Fès, Meknès et Essaouira, où le phénomène prend de l’ampleur.
Du reste, sur les 655 établissements recensés à Marrakech, la commission n’en a pour l’instant contrôlé que 359. Ainsi, 304 maisons d’hôtes ont été classées, dont 134 en «maisons d’hôtes première catégorie» et 170 en «deuxième catégorie». Le classement de 23 maisons d’hôtes qui ne disposaient pas de matériel de lutte contre l’incendie a été ajourné. Les 32 autres établissements ont été déclarés non conformes aux normes désormais en vigueur et ne peuvent donc faire, dans leur état actuel, l’objet d’un classement. Il faut signaler que, pour recevoir l’appellation de maison d’hôtes, un établissement doit répondre à des critères précis, dont certains sont d’ordre technique et d’autres relevant de la pure subjectivité. Les principaux critères sont : l’originalité, le confort, la convivialité, l’environnement, l’hygiène, la sécurité et la qualité de service. Reste à savoir comment on peut juger de la convivialité d’un établissement ou de son originalité. Et c’est à ce niveau que les règles peuvent être faussées .