Corom, ex-filiale marocaine de Cortefiel, connaît de graves difficultés

L’activité est à  l’arrêt à  cause des grèves, les fournisseurs s’inquiètent pour leurs factures. Les deux usines marocaines avaient été cédées, il y a deux ans, à  la suite du rachat de Cortefiel par un groupe de fonds d’investissement.

Du riffifi dans l’une des ex-filiales marocaines du géant européen du prêt-à-porter, Cortefiel. Moins de deux ans après la rentrée dans le giron de Grupo Tyoc, la société Corom est en arrêt d’activité. Cette unité, basée à Aïn Sebaa et spécialisée dans la fabrication de costumes, est en pleine crise aggravée par des grèves à répétition des salariés qui revendiquent une indemnisation et se solidarisent avec des collègues licenciés par la direction.

Il semble que le désengagement de Cortefiel en 2010 n’ait pas arrangé les affaires de Corom, malgré le maintien des commandes de son ex-actionnaire. Plusieurs créanciers sont également dans le désarroi et pourraient bien saisir les tribunaux pour faire valoir leurs droits.

Le réseau de distribution de Cortefiel ne cesse pourtant de s’étendre

Corom est née en 1993 dans le cadre d’une scission partielle de l’activité d’Icomail, un de ses ex-fournisseurs, qui avait frôlé la faillite à cause des déboires de son premier client, le hollandais Van Gils. La cession de 67% du capital à Cortefiel avait apporté au vendeur une bouffée d’oxygène de 22 MDH et à l’acheteur une deuxième plateforme de production au Maroc avec celle de la première filiale, Rudnick SA, créée une décennie plus tôt et dédiée à la fabrication de chemises.

Le passage de Cortefiel sous le contrôle du trio formé des fonds d’investissement CVC, Permira et PAI Partners, a marqué ensuite un changement de stratégie pour ses quatre marques (Cortefiel, Pedro del Hierro, Women’s Secret et Spriengfield) axé principalement sur la simplification de la supply chain (entre autres, en passant de seize centres de distribution et entrepôts à seulement trois sites) et l’adoption du modèle basé uniquement sur l’achat de vêtements finis.

C’est dans ce dernier sillage que les deux usines marocaines ont été cédées alors même que la présence commerciale du groupe s’y renforçait notoirement au cours des deux dernières années, avec l’ouverture d’un quatrième magasin Springfield (au Centre Al Mazar à Marrakech), du premier point de vente Cortefiel au Maroc et du quatrième magasin Women’Secret (les deux au Morocco Mall à Casablanca).

A fin 2011, Cortefiel revendique un chiffre d’affaires consolidé de 942,6 millions d’euros (soit un peu plus du milliard de DH) pour 8 500 employés