Climatisation : ventes en baisse malgré les récentes chaleurs

Le climat instable de ces derniers mois a retardé les ventes d’appareils de climatisation. Les opérateurs orientés professionnels s’en sortent mieux que ceux qui visent le grand public. Les distributeurs et fabricants espèrent néanmoins rattraper le retard constaté pendant les prochains mois.

Il fallait s’en douter. Le mauvais temps observé tout au long du printemps et au début de l’été a eu de fâcheux impacts sur plusieurs activités, au premier rang desquelles on trouve bien sûr celle des professionnels de la climatisation. Un premier constat d’abord : les ventes des appareils de climatisation, qui connaissent d’habitude un grand succès pendant la saison estivale, ont démarré tardivement cette année. Ce sont principalement les opérateurs qui ont affaire aux clients particuliers qui sont touchés par ce retard des ventes. Chez LG, par exemple, qui figure parmi les marques les plus vendues au Maroc, on avoue que «les ventes démarrent tout doucement vu l’instabilité du climat». Le fabricant sud-coréen estime que ses ventes de climatiseurs (toutes catégories confondues) ont connu une légère régression de 5% depuis le début de la saison, et ce, par rapport à la même période de l’année dernière. Depuis mai, près de 5 000 unités ont été écoulées par le fabricant au Maroc. Ce dernier espère bien «rattraper le retard constaté pour boucler la saison au moins au même niveau du chiffre d’affaires que l’année dernière». Les dernières semaines, ayant apporté un peu de chaleur, pourraient bien lui donner raison. En temps normal, la saison estivale pèse pour 35% de son chiffre d’affaires annuel. Malgré un mauvais démarrage, la marque estime que cette répartition se confirmera une nouvelle fois cet été.

Une concurrence plus rude dans le bas de gamme

Chez d’autres opérateurs, le constat est plus alarmant. «Les années précédentes, nous avions des commandes dès le mois de mars. Nous étions même dépassés par le rythme d’activité. Cette année, ça a mal commencé. Nous avons installé une trentaine d’appareils seulement. C’est la catastrophe. A fin juin, j’ai observé une perte de 60% environ», commente Ahmed Eloudghiri, DG des Ets Eloudghiri, distributeur d’appareils de climatisation. Ce dernier a même dû revoir sa marge à la baisse. Tous les segments de clientèle, grand public comme professionnels, semblent être touchés par cette baisse des ventes. M. Eloudghiri a toutefois trouvé une petite parade pour combler le manque à gagner. «Heureusement, je mise sur l’installation d’appareils que les clients ont achetés dans les grandes et moyennes surfaces ou chez des distributeurs qui ne proposent pas l’installation. C’est la main-d’œuvre qui me rapporte», poursuit-il.

D’autres opérateurs, concentrés essentiellement sur une clientèle professionnelle, s’en sortent pour l’instant assez bien. Sur toute l’année, Alpha Bureau, distributeur de la marque General à Rabat, écoule en moyenne 2 000 unités. Son directeur général, Saïd Rharmili, prévoit d’ores et déjà de réaliser le même chiffre que l’année dernière. «Même si la saison estivale représente un tiers de mes ventes, j’arrive à vendre toute l’année. Cette année encore, la proportion des ventes réalisées en été devrait être la même», prévoit M. Rharmili. Mais il faut dire que ce dernier revient de loin. Après avoir restructuré son département climatisation, il vend mieux qu’avant.

Chez le spécialiste du froid Ventec, on reste optimiste. «L’été ne fait que commencer. Il est très prématuré de faire des pronostics. Certes, les ventes ont pris un peu de retard mais en ce qui nous concerne nous avons un carnet de commandes bien ficelé qui nous permet d’avoir une réserve», commente Saad Tazi, directeur marketing, communication et prescription au sein de la société. «Nous avons mis en avant, dans une campagne publicitaire, un nouveau produit de Carrier, économique et plus écologique, qui marche très bien. Nous avons même du mal à assurer l’approvisionnement», ajoute-t-il. Diversifiée et spécialisée dans les grands projets incluant hôtels, hôpitaux ou encore les sièges des sociétés comme le nouveau quartier général de Maroc Telecom, Ventec se protège ainsi des aléas du climat.

Si le climat peu agréable de ces derniers mois peut expliquer en grande partie la baisse des ventes, il n’empêche que le secteur est autant touché par la crise que les autres secteurs liés à l’équipement. Du coup, la concurrence se fait de plus en plus difficile. «Certains importateurs sont devenus irraisonnables. Ils ramènent n’importe quoi juste pour se faire de l’argent», constate M. Rharmili. Même son de cloche pour M. Eloudghiri : «La concurrence a changé. Outre les marques connues sur le marché, telles que Samsung, LG, Carrier et autres, il existe plus d’une cinquantaine de marques au Maroc. Entre ces dernières, il n’y a qu’une cinquantaine de dirhams de différence. Inutile de dire qu’il s’agit de marques bas de gamme». Après avoir connu des années fastes, le secteur serait-il arrivé à saturation ? Pas forcément. «C’est quand il y a des vagues de chaleur que les Marocains se ruent vers les appareils de climatisation et que nous, professionnels, sommes dépassés par le trop-plein de commandes», conclut M. Eloudghiri. Reste à savoir ce que la météo prévoit pour les prochains mois.