CIH Bank fait l’essentiel en 2014

La banque s’en tire à  bon compte sur son cÅ“ur de métier avec une croissance de son PNB bancaire de près de 2%. Mais la dégringolade du PNB hôtelier gonflé en 2013 par du non-récurrent débouche sur une baisse du résultat net de 2,8%.

CIH Bank boucle un exercice 2014 contrasté. La banque, arrivée l’année passée au terme de son plan de développement de 5 ans, fait l’essentiel sur son cœur de métier. Mais ses profits sont au final entamés par l’activité hôtelière.

Sur son segment bancaire, CIH Bank affiche des indicateurs commerciaux en augmentation appréciable. Les ressources clientèle à vue progressent de 6,3%, à 16,2 milliards de DH, intégrant notamment une croissance de 10,6% des comptes d’épargne. Côté ressources à terme, l’encours augmente de 5,4%, à 10,6 milliards de DH. Il est surtout à noter dans cette catégorie une baisse des dépôts à terme de 24,5%, à 4,1 milliards de DH contre une montée des certificats de dépôt de 41,3%, à 6,5 milliards de DH. Cela modifie la structure des dépôts à terme de CIH Bank ce qui dénote d’une politique volontaire d’optimisation du coût et de stabilisation des ressources. Côté crédits, l’encours profite d’une hausse de 2,6%, à 32,6 milliards de DH, ce qui place CIH Bank au-dessus du marché dont la croissance des crédits est limitée à 1,6%. Dans la lignée de la politique de diversification de la banque, le crédit immobilier, activité historique, ne progresse que de 0,5%, à 24,3 milliards de DH, contre des hausses respectives de 27,5% et de 16,5% pour les crédits de trésorerie et à l’équipement. Ainsi, les crédits hors immobiliers s’apprécient de 8,5%, à 7 milliards de DH représentant désormais 25,4% des financements de la banque contre un peu moins de 24% en 2013.

Seulement, le produit net bancaire ressort en baisse de 1,7%, à 1,7 milliard de DH. Décomposé par grands pôles, le PNB de l’activité bancaire est en croissance de 1,8%, à 1,7 milliard de DH, tiré notamment par Sofac qui signe un excellent cru 2014 marqué entre autres par une progression du PNB de 22%, à 228 MDH. L’activité de courtage affiche également une croissance de 26%, à 31 MDH, en corrélation avec le développement de l’activité de bancassurance, étant à rappeler que CIH Bank a acquis, courant 2014, 10% de la société d’assurance Atlanta. Mais le PNB de l’activité hôtelière passe de 58 à 18 MDH, soit un retrait de 69%. Il faut dire que cet indicateur a été gonflé en 2013 par la contribution exceptionnelle due à l’entrée en périmètre de l’hôtel Tivoli dont l’impact se monte à 56 MDH. Cela étant, ce dernier établissement a connu une croissance de son chiffre d’affaires qui est passé de 12 à 23 MDH. Hors activités hôtelières, appelées après tout à disparaître à terme des états financiers de la banque, le PNB du groupe ressortirait en croissance de 4%.

Considérant des charges générales d’exploitation en croissance de 3,7%, à un peu plus d’un milliard de DH, étant à préciser que CIH Bank a imputé la totalité du coût du changement d’identité visuelle sur l’exercice en cours, et un coût du risque de 52 MDH contre une reprise de 30 MDH en 2013, le résultat d’exploitation ressort en augmentation de 2,2%, à 741 MDH. Cela établit le coefficient d’exploitation à 59,4%. Au final, le résultat net consolidé ressort en retrait de 2,8%, à 500 MDH.