Chasse : un secteur qui génère plus de 1 milliard de dirhams de valeur ajoutée par saison

• La Fédération royale marocaine de chasse jouera pleinement son rôle de service public pour la conservation et le développement des ressources cynégétiques dans l’ensemble du territoire du Maroc.

La nouvelle stratégie «Forêts du Maroc», lancée par S.M. Mohammed VI, vise le renforcement des acquis et le développement du secteur de la chasse. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’adoption des nouveaux statuts de la Fédération royale marocaine de chasse (FRMC) qui pourra ainsi jouer un rôle actif dans le développement de la chasse considéré par le département des eaux et forêts comme un véritable levier de développement durable dans les zones rurales et montagneuses.
Les nouveaux statuts sont le fruit de plusieurs rounds de négociations entre le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rurale et le département des eaux et forêts en vue de garantir une transparence dans la gestion de la fédération et la renforcer en vue de la protection de la faune sauvage et dans la lutte contre le braconnage et la mise en valeur du patrimoine cynégétique et de ses habitats. Ce nouveau cadre légal permettra la participation, grâce à des mécanismes transparents et adaptés à ses missions, de l’ensemble des chasseurs marocains via leurs associations cynégétiques dans la gestion de la fédération. Ainsi, la fédération jouera son rôle dans la formation, la sensibilisation au respect des bonnes pratiques, mais aussi dans l’encadrement et le renforcement du rôle des chasseurs dans l’animation des territoires ruraux. Les chasseurs, via les 2 000 associations existantes, participent activement à la gestion des territoires de chasse amodiés, d’une superficie d’environ 3 millions d’hectares, à travers des investissements en matière d’aménagements cynégétiques, de lutte contre le braconnage et de repeuplement en vue d’assurer le développement de certaines espèces de gibiers.

Des recettes de 40 millions de dirhams par an
Ancestrale, la chasse est actuellement une pratique de gestion durable des populations de gibiers et des écosystèmes, mais également un outil de développement local et d’animation en milieu rural. On compte, actuellement, près de 80 000 chasseurs organisés, en plus de
2 000 associations, dont plus de 1 300 disposent d’une amodiation de chasse, sur la base d’un cahier des charges qui définit les actions et mesures à mettre en place pour l’amélioration cynégétique des terrains amodiés. Au niveau régional et local, la chasse permet la création d’environ 1 million de journées de travail direct permanent avec une valeur ajoutée du secteur estimée à plus de 1 milliard de dirhams par saison. On retiendra également la création annuelle de 10 000 à 15 000 journées de chasse par le secteur du tourisme cynégétique. Outre la création d’emplois, la chasse contribue à la valorisation des produits du terroir et génère des recettes s’élevant à plus de 40 millions de dirhams par an. Des revenus qui sont versés au Fonds de la chasse et de la pêche continental. Réorganisée, la fédération accompagnera le département des eaux et forêts qui ambitionne de consolider la dynamique de développement du secteur de la chasse et en faire un levier de développement durable. En termes de retombées touristiques, le secteur attire actuellement environ 3 000 touristes étrangers par an, selon des chiffres non officiels. Il est prévu que ce chiffre sera quintuplé dans le cadre de la nouvelle stratégie.