Chaabi International Bank Offshore met le turbo

La filiale de la Banque Populaire s’apprête à inaugurer un nouveau siège dans la zone franche d’exportation de Tanger et propose le factoring et le leasing en devises. En 2016, son produit net bancaire a progressé de 37%, à près de 185 MDH.

Chaabi International Bank (CIB) Offshore, filiale de la Banque Populaire, inaugurera dans les semaines à venir un nouveau siège dans la zone franche d’exportation de Tanger. Elle s’apprête également à ouvrir une agence à Atlantic Free Zone de Kénitra. «Des actions qui, d’une part, traduisent l’engagement du Groupe Banque Populaire pour l’accompagnement du Plan d’accélération industrielle, et, d’autre part, confirment les ambitions de CIB Offshore sur le marché», a déclaré Abdelwafi Atif, DG de la banque. Il souligne que 2017 démarre sous le signe de la diversification des solutions de financement par la mise en place de nouveaux produits destinés à accompagner l’essor des écosystèmes automobiles. En effet, la banque offshore propose deux nouvelles activités: le factoring et le leasing en devises. «L’objectif est de mieux répondre aux besoins de financement exprimés par certaines industries dont principalement le secteur automobile», explique le DG. Grâce à l’appui de sa maison mère, CIB Offshore apporte des solutions de financement aussi bien pour l’investissement que pour le fonctionnement des entreprises. À ce titre, la clientèle de la banque bénéficie d’un accompagnement personnalisé en matière de montage financier.

Après le creux de 2015, l’activité a repris en 2016

Côté activité, CIB continue de réaliser de belles performances. En 2016, les crédits à la clientèle se sont appréciés de 61%. Cette forte progression concerne aussi bien les crédits d’investissement que les crédits d’exploitation. Le produit net bancaire a corrélativement évolué de 37%, à 18,5 millions de dollars (185 MDH) pour un total bilan de 1,2 milliard de dollars (12 milliards de DH), en progression de 11%.

Globalement, sur les trois dernières années, les principaux indicateurs de performance des banques offshore se sont nettement améliorés. A fin 2015, malgré un recul d’activité, la rentabilité de ces établissements est restée sur un trend haussier. «Si l’année 2015 a marqué une pause dans l’activité des banques offshore en raison d’une conjoncture internationale et régionale difficile, les niches de diversification et de conquête d’autres segments de marché ont contribué au maintien de la rentabilité», explique Abdelwafi Atif. Selon le rapport de la supervision bancaire de Bank Al-Maghrib, en 2015, le produit net bancaire global des banques offshore a augmenté de 24%, à 602 MDH. Cette hausse provient d’une progression de la marge d’intérêt de 34%, à 554 MDH, et de la marge sur commission de 24%, à 21 millions. En revanche, l’encours des créances clientèle a accusé une baisse de 12%, à 13 milliards de DH par rapport à 2014. Cela est attribué à une baisse des crédits de trésorerie et des crédits à l’équipement.

Pour rappel, depuis 2011, l’activité offshore est exercée par six établissements, Attijari International Bank, Banque Internationale de Tanger (Crédit du Maroc), BMCI Banque offshore, Société générale Tanger offshore, la BMCE Bank Offshore et Chaabi International Bank.