Cfao Motors Maroc absorbe DAF Industries Maroc

L’apport de la société absorbée valorisé à  185,6 MDH.
Le groupe veut profiter des synergies en termes de réseau de distribution de véhicules neufs.

Alors qu’il est sous le coup d’un redressement fiscal de 135 MDH (voir cet article), le groupe Cfao cherche à optimiser sa présence au Maroc dans les métiers de la distribution et du montage automobiles. En effet, la filiale du conglomérat français Pinault Printemps Redoute vient de fusionner deux de ses principales filiales marocaines, Cfao Motors Maroc (concernée par le redressement) et DAF Industries Maroc.
Cette opération, qui vise à exploiter au mieux les synergies opérationnelles, notamment dans le registre de la distribution, entre l’importateur de Chevrolet, Isuzu et Opel, et l’une des plus anciennes unités de montage de poids lourds au Maroc, s’est matérialisée par l’absorption de ce dernier par la première et ce, pour un apport total valorisé à 185,6 MDH.
En effet, Cfao Motors Maroc a hissé son capital de 181,3 MDH à 284,5 MDH en sus d’une prime de fusion de 82,6 MDH, le tout destiné à rémunérer l’apport de DAF Industries Maroc par sa maison mère Cfao Group.

Le chiffre d’affaires du groupe réalisé au Maroc est de 2,15 milliards de DH
Avec sa filiale Cfao Auto Service qui commercialise des véhicules utilitaires légers importés de Chine sous les marques Wuling et Dong Feng, Cfao Motors Maroc assure, désormais, les trois quarts du chiffre d’affaires consolidé de sa maison mère au Maroc, qui est de 2,15 milliards de DH en 2008.
Le reste étant réalisé par Dimac, spécialisée dans l’assemblage de cyclomoteurs, à hauteur de 90 MDH, et les deux entités du pôle industries, à savoir Comamussuy et Fantasia qui fabriquent des produits de bois destinés au transport et qui génèrent un chiffre d’affaires cumulé de 330 MDH.  
Rappelons que DAF Industries Maroc avait été rachetée en 2005 auprès de la famille Kadiri. Outre un assainissement du haut de bilan dans la foulée à travers un apport d’argent frais de 20 MDH, le groupe Cfao s’est attelé au cours des dernières années à une restructuration en profondeur de l’outil industriel, ce qui a permis à cet ex-fleuron de l’industrie automobile marocaine de revenir au vert après les lourdes pertes de 2004 et 2005.