Céréales : 50 millions de quintaux finalement

La production prévisionnelle a baissé de 3 % par rapport à la moyenne des 10 dernières campagnes.

Près de 2 milliards de DH ont été débloqués par l’Etat pour soutenir le monde agricole.

Si on la compare à la précédente, la campagne agricole 2007-2008 n’est pas catastrophique, et l’on pourrait même la qualifier de satisfaisante au vu du volume des précipitations. Mais dans les milieux agricoles, la déception est à la mesure de l’optimisme qu’elle avait suscité à ses débuts.

La production prévisionnelle de céréales d’automne est arrêtée à 50 Mq par les services du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, contre 23,5 millions pour la campagne 2006-2007 et 3% de moins que la moyenne des 10 précédentes. Mais elle est en dessous de la moyenne de 60 Mq sur laquelle est bâti le Budget 2008. Ce qui risque de se traduire par des points de croissance en moins.

Avec 10,3 Mq, le blé dur compte pour 20,6% dans cette production. Son volume est en hausse de plus de 100% comparativement à la campagne précédente, mais s’érode de 13% si on le compare à la moyenne des 10 dernières. Le blé tendre, 54% du volume attendu, totalise 27 Mq, soit 16 millions de plus qu’en 2006-2007. Mais, contrairement au blé dur, la production sera supérieure de 15% à la moyenne des 10 dernières campagnes.

Le plus mauvais résultat revient à l’orge dont les quantités attendues ont progressé moins vite que pour le blé. Au total, il est prévu 12,7Mq, soit une croissance de 67% par rapport à la précédente campagne et un repli de 2% si l’on prend en considération la moyenne des dix dernières. A noter que ces prévisions ont été arrêtées sur la base d’un rendement moyen de 8,7 q/ha en zone bour (4,6 millions d’ha emblavés) et 25,2 en irrigué (400 000 ha).

755 MDH pour soutenir l’élevage
Dans l’ensemble, l’état des autres cultures est un peu plus encourageant. Il est attendu une production moyenne pour les légumineuses alimentaires (fève, petits pois et lentille) auxquelles les agriculteurs ont consacré 235 000 ha, soit 6% de plus par rapport à la précédente campagne et autant au moins comparativement aux cinq dernières.

Les cultures fourragères et de printemps (maïs, pois chiche) présentent un état végétatif globalement satisfaisant. Pour les premières, la superficie ensemencée est en hausse de 3%, à 439 000 ha.
Comme pour les saisons difficiles, l’Etat a mis la main à la poche. Au total, elle a débloqué 1,3 milliard de DH pour différentes aides financières aux agriculteurs, notamment pour l’économie en eau, l’achat de matériel, l’approvisionnement en semences et l’analyse des sols. Pour l’élevage, qui a pu être durement éprouvé par les périodes assez longues d’arrêt des précipitations, les aides se monteront à 755 MDH destinés pour l’essentiel à l’alimentation du bétail.