Céréales : 125 MDH pour sécuriser l’approvisionnement en semences certifiées

Les superficies destinées à  la multiplication sont portées de 35 000 à  50 000
ha pour l’actuelle campagne

Des primes sont prévues pour le stockage et des
subventions pour les utilisateurs.

Depuis quelques années, les agriculteurs se plaignent du manque de semences certifiées de céréales. Ce problème s’est aggravé au début de la présente campagne, notamment en raison de la sécheresse de 2006-2007 qui s’est traduite par la baisse de la reproduction et de la forte hausse des cours internationaux. Cela n’a pas échappé au ministère de l’agriculture qui s’est décidé à  prendre ce problème à  bras-le-corps à  travers la mise en Å“uvre d’un plan de sécurisation pour la campagne 2008-2009. De manière plus large, le ministère vise, entre autres, à  assurer l’approvisionnement du marché, accorder davantage de visibilité aux différents opérateurs du secteur et préparer la libéralisation progressive ce dernier. Au total, un budget de 125 MDH financé par le Fonds du développement agricole a été arrêté pour cette opération.

Ce plan comprend, dans son premier volet, l’extension des superficies dévolues à  la multiplication des semences, portées, pour l’actuelle campagne, à  50 000 ha, dont 30 000 en zones bour et 20 000 en irrigué, contre un programme habituel de 35 000, dont 23 000 en bour et 12 000 en irrigué. Le second volet porte sur l’instauration d’un nouveau système de soutien de la filière comprenant quatre points. Le premier consiste à  accorder aux multiplicateurs un prix incitatif supérieur de 15% à  celui des semences communes. En second lieu, les agriculteurs bénéficieront d’une subvention de 115 DH/q pour l’achat de semences certifiées de céréales d’automne (blé dur, blé tendre et orge). Le montant prévu est de 115 MDH sur la base d’un volume de vente d’un million de quintaux.Troisième point, les sociétés semencières auront plus de liberté pour la fixation de leurs prix qui ne doivent toutefois pas dépasser de plus de 30% celui du commun. Enfin, une prime de stockage d’un montant de 5 DH/q est prévue. La quantité programmée est de 220 000 q, soit une enveloppe de 10 MDH.

En dehors du dispositif financier, le plan comprend un programme d’encadrement des multiplicateurs, une campagne de sensibilisation des agriculteurs pour améliorer le taux d’utilisation des semences certifiées, l’octroi de la priorité en matière d’irrigation aux parcelles consacrées à  la multiplication et la réalisation dans de meilleures conditions des opérations de contrôle et de certification des semences.