Centrale laitière engage un programme d’investissement de 280 MDH

Il est destiné à  l’innovation, à  l’amélioration de la qualité et au renforcement du réseau de distribution.

La Centrale laitière entend investir au cours des trois prochaines années 280 MDH pour la modernisation de son outil industriel, l’amélioration de la qualité de sa production, la modernisation de la logistique, l’extension du réseau de distribution et enfin le développement de l’amont laitier.
150 emplois directs seront créés
Cet investissement qui se traduira par la création de 150 emplois directs doit faire l’objet d’une convention qui sera incessamment signée avec l’Etat. Le leader des produits laitiers avec 60% de part de marché s’engage à  réaliser ce projet sur une période de 36 mois.
Pour sa part, le gouvernement devrait accorder des incitations fiscales et douanières à  l’investisseur qui bénéficiera de l’exonération du droit d’importation et de la TVA.. Les importations de matériels et de biens d’équipement se feront sous le régime de l’admission temporaire. Au niveau de la formation professionnelle, Centrale laitière bénéficiera d’une contribution financière de l’Etat au titre des dépenses engagées.
Concrètement, quelque 100 MDH seront consacrés à  l’augmentation de la capacité de production. Pour la qualité, un budget de 10 MDH permettra un suivi rigoureux du processus de fabrication. L’amélioration et l’élargissement du réseau de distribution nécessiteront 60 MDH, dont 20 MDH consacrés à  l’ouverture de nouvelles plates-formes de distribution et l’acquisition de matériels de froid, et
40 millions au renforcement de la flotte de distribution. Aujourd’hui, plus de 400 camions desservent quotidiennement 45 000 points de vente à  travers le pays.
10 MDH pour le système d’information Collectant actuellement
400 millions de litres frais par an auprès de 700 centres de production (80 000 éleveurs), la Centrale laitière entend aussi maintenir une étroite relation avec ses éleveurs et leur apporter un soutien en matière de formation et de conseil. C’est pourquoi, 20 MDH sont prévus pour l’achat de nouvelles citernes, l’extension du parc de bacs à  lait installés dans les coopératives ainsi que le renforcement des moyens de contrôle.
Outre la production et la distribution, le programme d’investissement concerne également les systèmes d’information. Une enveloppe de 10 MDH y sera consacrée.
Pour le premier semestre 2005, le CA a progressé d’à  peine 1,7 % par rapport à  la même période en 2004. Une faible évolution due, explique-t-on, à  une stagnation de la consommation, à  des conditions climatiques défavorables ainsi qu’à  la concurrence de plus en plus rude.