Casablanca : le blocage du transfert du patrimoine de l’ONEE à la Lydec s’éternise

Selon une source gouvernementale, une solution est en cours de négociation. Le syndicat des employés de l’ONEE reste mobilisé pour bloquer toute décision ayant un impact sur les acquis des électriciens.

Alors qu’en vertu de la convention signée en septembre 2014 par le ministère de l’intérieur, celui de l’économie et des finances, le ministère de l’énergie et des mines, la wilaya du Grand Casablanca et l’ONEE, l’opération de transfert du patrimoine de l’office à Lydec devait s’achever le 31 mars 2015, ce projet est resté lettre morte à ce jour. Pourtant, cette convention faisait partie de celles signées devant le Souverain dans le cadre du plan de développement du Grand Casablanca 2015-2020.

Pour rappel, l’opération d’harmonisation consiste à intégrer 7 communes, jusque-là alimentées en électricité par l’ONEE, dans le périmètre du contrat de gestion déléguée, signé en 1997 avec la Lyonnaise des eaux Casablanca (Lydec). Contactés par La Vie éco pour en savoir plus sur les raisons de l’enlisement de ce dossier, le Conseil de la ville, Lydec et l’ONEE n’ont pas donné suite à nos sollicitations. Toutefois, une source gouvernementale proche du dossier nous a précisé, sous le sceau de l’anonymat, que le «moment n’est pas opportun pour communiquer autour de ce dossier», surtout «qu’une solution à ce blocage est en cours de négociation».

La commission technique d’expertise n’a pas achevé sa mission

Du côté de la Fédération nationale des travailleurs de l’énergie (FNTE, affiliée à l’UMT) -le syndicat qui représente les 350 employés de l’ONEE qui devraient être transférés à la Lydec tout comme le patrimoine de l’office-, on précise qu’on n’est pas au fait de l’état d’avancement de l’opération.

«Dans le traitement de ce dossier nous n’étions ni informé, ni consultés pour participer activement à ce projet qui, par nature, nécessite l’adoption d’une approche participative et inclusive de toutes les parties prenantes», explique Mohamed Zeroual, secrétaire général de la FNTE. Depuis le blocage par les salariés syndiqués de l’ONEE des missions de terrain de la commission technique d’expertise (CTE) chargée de l’évaluation, du diagnostic et de l’inventaire des installations en mai 2016, il semblerait que le statut quo soit maintenu, à en croire notre interlocuteur.

«Toutes les instances de notre fédération restent mobilisées pour faire face à toute décision qui aurait un impact négatif sur la stabilité professionnelle et la situation sociale du personnel et qui toucherait en général aux acquis sociaux historiques des électriciens de l’ONEE», menace le SG de la FNTE. Selon lui, la priorité dans la résolution de ce dossier devrait être de préserver les intérêts économiques des citoyens casablancais, l’équilibre financier de l’office et la stabilité professionnelle et sociale des électriciens.