Casablanca ambitionne de devenir un hub incontournable pour les investissements en Afrique

Des efforts soutenus sont déployés au Maroc pour asseoir la métropole casablancaise en tant que portail pour les investissements en Afrique, écrit le « Financial Times » dans un spécial consacré au Royaume.

Cette ambition se nourrit de la forte présence de la compagnie aérienne nationale « Royal Air Maroc » en Afrique et de la percée réalisée par les entreprises marocaines dans le continent dans plusieurs secteurs porteurs, a souligné le journal.

Ces dernières années, les entreprises marocaines ont renforcé leur présence notamment dans le secteur bancaire et ceux de l’assurance, des télécommunications, des services, de la construction, de l’énergie…, a ajouté la publication, indiquant que la RAM dispose d’un réseau aérien, le plus étoffé en Afrique, en desservant 32 destinations dans 26 pays du continent.

Le journal a également jeté la lumière sur l’expansion africaine de l’opérateur historique « Maroc Telecom » qui dispose de six filiales implantées en Afrique sub-saharienne ayant environ 51 millions d’abonnés.

Pour sa part, le groupe OCP se développe dans le continent et œuvre pour assurer un approvisionnement durable du marché africain en engrais phosphatés, a ajouté le journal. Afin d’atteindre cet objectif, l’OCP a mis en place une unité dédiée à la production d’engrais, destinée à l’Afrique au sein de la plateforme industrielle Jorf Phosphates Hub au Maroc, qui est dotée d’une capacité annuelle de 1 million de tonnes par an.

Quant aux échanges commerciaux entre le Maroc et les pays africains, ils ont connu une forte progression comme en témoignent les exportations marocaines vers les pays africains passant de 2,2 milliards de DH en 2003 à 11,7 milliards de DH en 2013, a indiqué le « Financial Times », relevant que 88 pc des IDE marocains ont été injectés l’année dernière dans le continent, ce qui montre l’intérêt accordé par le Royaume au développement de ses relations avec l’Afrique.

Et pour attirer plus d’investissements marocains et étrangers vers l’Afrique, la « Casablanca Finance City » (CFC) se positionne désormais en tant que plateforme de référence aux normes internationales et une passerelle financière incontournable vers les marchés africains, a souligné le journal.