Casa Dév’ peine à  prendre en charge la gestion du stationnement dans la métropole

Les travaux d’installation des horodateurs dans l’arrondissement de Maà¢rif suspendus. Des membres du Conseil de la ville expliquent cette situation par le refus du nouveau président de l’arrondissement. Les appels d’offres pour l’exploitation des 62 parkings de la ville au titre de 2015 toujours pas lancés.

Le dossier de la gestion du stationnement à Casablanca semble bloqué. Casa Développement, société de développement locale créée par la Commune urbaine de Casablanca (CUC) en partenariat avec la Caisse de dépôt et gestion (CDG) et chargée de la gestion opérationnelle du stationnement dans la métropole, n’arrive pas à commencer ses activités. Pourtant, en novembre 2014, la CUC a décidé de s’attaquer sérieusement au dossier du stationnement. Elle avait annoncé, après le changement par le wali Khalid Safir de la direction générale de la SDL, que celle-ci commencera ses activités en février 2015. Que s’est-il passé au juste ?
Notons d’abord que Casa Développement doit reprendre, entre autres, la gestion de certains parkings de la ville dont certains sis à l’arrondissement de Maârif. A aujourd’hui, rien n’est encore fait. En même temps, aucun appel d’offres n’a été relancé pour l’exploitation des 62 parkings de la ville au titre de l’année 2015. D’après une source autorisée au Conseil de la ville, «les anciens gestionnaires continuent d’exploiter ces parkings moyennant des redevances mensuelles sur la base des prix de 2014, en attendant la décision finale concernant la passation de certains parkings à Casa Développement».

Casa Développement doit également créer de nouvelles zones à horodateurs et reprendre le territoire géré jusqu’à fin 2014 par Casa Park (Roches Noires). La société a effectivement démarré les travaux de tracement pour l’installation des horodateurs dans l’arrondissement de Maârif, précisément dans les boulevards Al Massira Al Khadra, Abdellatif Ben Kaddour, Bir Anzarane, El Kadi Iass et dans la rue Aïn Harrouda. 50 horodateurs devaient par la suite être mis en place pour gérer près de 5000 places de stationnement. Mais à aujourd’hui, rien n’est encore fait. Contacté à ce sujet, un membre du Conseil de la ville impute la responsabilité à Omar El Farkhani, nouveau président de l’arrondissement de Maârif, qui bloquerait le chantier pour des «considérations politiques». Ce dernier dément catégoriquement ces propos. «Je n’ai aucun pouvoir pour empêcher l’implantation de Casa Développement dans le territoire de l’arrondissement. Je ne peux pas non plus bloquer un projet structurant pour des raisons politiques», déclare-t-il. Cependant, le président de l’arrondissement ajoute que «certes, il a été prévu d’installer des horodateurs dans la zone de Maârif pour mieux gérer les places de stationnement et ainsi fluidifier la circulation. Toutefois, il est important de savoir que ces machines ne seront pas installées sur un terrain vierge». Autrement dit, l’arrondissement de Maârif compte plus de 1 000 gardiens autorisés. Selon M. El Farkhani, certains ont leur licence depuis plus de 30 ans. «C’est une question de bon sens, il faut trouver une solution pour ces gardiens de voitures», développe-t-il.

Le nouveau président de l’arrondissement de Maârif veut agir par tranche

Le président de l’arrondissement propose donc d’agir par tranche. «Dans les quelques jours qui viennent nous allons régler le problème au niveau des Bd Bir Anzarane et El Massira, et cela en trouvant des solutions pour les 100 gardiens qui y opèrent. Ensuite, nous allons nous attaquer graduellement au reste de la zone», confie-t-il.
Cela dit, si le démarrage de l’activité de Casa Développement dans l’arrondissement de Maârif est «tributaire» des décisions de Omar El Farkhani, cela n’est pas le cas dans les autres zones devant accueillir des horodateurs. En effet, la SDL prévoit également d’installer ces machines sur certains boulevards comme Ghandi et
2 Mars qui ne relèvent pas dans leur intégralité de l’arrondissement de Maârif. Elle doit également récupérer la gestion des places de stationnement de l’arrondissement de Roches Noires suite au départ de Casa Park au mois de décembre dernier. Qu’est- ce qui empêche la SDL de démarrer par exemple son activité dans l’arrondissement de Roches Noires vu que dans cette zone habitants et gardiens se sont adaptés au mode de fonctionnement des horodateurs depuis plus d’une décennie ? Une question qui reste sans réponse puisque Nabil Belabed, nouveau directeur de Casa Développement, n’a pas souhaité nous éclairer sur ce sujet.