Cadeaux de fin d’année : des budgets qui vont de 300 000 à  700 000 DH

En 2007, la demande sur les stylos, agendas et calendriers a progressé de 20%

300 000 cadeaux et objets publicitaires par an pour Méditel.
De plus en plus prisés : les articles d’artisanat et les petits gadgets comme
les clés USB.

C’est une tradition que la plupart des entreprises respectent : offrir des cadeaux à  l’occasion du Nouvel An à  leurs partenaires extérieurs, les clients et les fournisseurs et même les gros prospects. L’idée est d’augmenter leur visibilité sur le marché ainsi que celle de leurs produits et services. Cependant, les articles offerts diffèrent en fonction de la cible.

Ainsi, selon Zakia Hajjaji du département de la communication d’Attijariwafa bank, qui souligne que la pratique ne se limite pas seulement à  la fin de l’année, «cela peut aller du classique agenda à  d’autres cadeaux plus élaborés». Le budget alloué à  l’opération reste toutefois confidentiel. En revanche, «la Lydec y consacre une enveloppe de 300 000 DH, investis en agendas, calendriers et cartes de vÅ“ux éditées par les diverses ONG de la place», indique Bouchra Ghiati, directrice de la communication. Pour d’autres entreprises, les budgets peuvent aller bien au-delà . Des observateurs du secteur assurent que les grandes entreprises alloueraient entre un et deux millions de DH aux objets publicitaires. Les cadeaux de fin d’année compteraient pour 35% de ce budget, soit entre 350 000 et 700 000 DH. C’est d’ailleurs en fin d’année que «les entreprises spécialisées dans les objets publicitaires réalisent en moyenne le tiers de leur activité», avance Karim Wahib, DG de Team Group. Parfois, il arrive qu’une seule entreprise ne soit pas en mesure d’honorer une commande. Ainsi, on fait remarquer que de grands comptes comme Méditel lancent des commandes de 300 000 objets publicitaires par opération, que ce soit en fin d’année ou échelonnés dans le temps. «Des marchés de cette taille ne peuvent être assurés par un seul acteur, plusieurs entreprises se partagent donc le gâteau», avance un opérateur du secteur. C’est pourquoi les entreprises de communication par l’objet se considèrent comme partenaires et non comme concurrents… Le marché reste donc porteur, même si certains spécialistes de la communication estiment que les entreprises envoient de moins en moins de cadeaux.

Du haut de gamme pour les clients prestigieux
Parmi les articles les plus prisés, les fournitures de bureau se taillent la part du lion, avec les trois quarts des objets offerts. Ces produits ont progressé de 20% au moins entre 2006 et 2007, selon les estimations des professionnels. Ainsi, les divers opérateurs offrent les indéboulonnables agendas ou calendriers, ainsi que les sous-mains et articles de bagagerie. Dans cette même catégorie de cadeaux, les opérateurs comptent également les stylos et gadgets électroniques avec de plus en plus de clés USB. Ce type de cadeaux a connu un succès renouvelé ces trois dernières années compte tenu de la baisse des prix, surtout pour la petite électronique.

Pour donner le choix à  leurs clients, les différentes entreprises de publicité par l’objet disposent de catalogues diversifiés, tandis que certaines d’entre elles détiennent des «cartes» pour des objets de marques prestigieuses. Certaines sous-traitent même certaines activités comme la fabrication des boà®tes de présentation.

Autre classique, les friandises et les «gift sets». Coffrets cadeaux de nécessaire de golf (balles et chamoisine) et sacs pour ordinateurs portables sont également offerts, mais très souvent aux très grands clients ou aux managers seulement. Les autres cadeaux en vogue sont les produits d’artisanat marocain. La demande a augmenté de 40% par rapport à  l’année précédente. «C’est un phénomène de mode», explique une experte du secteur.

Enfin, il faut noter que très peu d’entreprises généralisent les cadeaux à  leur personnel, ce dernier se contentant le plus souvent de jeux de cartes, d’agendas ou de petits gadgets divers toujours habillés aux couleurs de l’entreprise. Certaines entreprises, les plus grandes, ont instauré la tradition d’offrir du chocolat aux collaborateurs, surtout les cadres supérieurs, directeurs et autres. Un cadeau d’entreprise, ce n’est pas seulement un objet publicitaire mais aussi – pourquoi pas ? – un moyen de resouder les rangs et de motiver.