Bientôt une centrale des bilans pour les PME

Les PME-PMI, même sociétés de personnes, devront déposer leur bilan auprès du greffe du tribunal de commerce n Les banques invitées à  désigner dans leurs services une personne dédiée aux PME/PMI.

La convention signée en novembre 2005 entre le GPBM (Groupement professionnel des banques marocaines) et la Fédération PME-PMI en vue de faciliter l’accès au financement a-t-elle tenu ses promesses ? Pour l’instant, la convention, censée simplifier les procédures et réduire les garanties, n’est pas entrée en application le 1er janvier 2006, comme l’avait affirmé en novembre dernier alors le président de la Fédération PME-PMI, Hamid Kessal. Selon Azzedine Maâch, qui préside le comité de suivi où siègent actuellement la BCP, Attijariwafabank et la BMCE, on a néanmoins avancé sur un point important : la création d’une centrale des bilans au niveau du greffe. «Déjà, dit-il, une circulaire de Bank Al Maghrib oblige les banques à demander aux PME-PMI constituées en sociétés de personnes (les SA et SARL étant déjà soumises à cette obligation), le dépôt de leur bilan annuel au greffe du tribunal de commerce. Cette procédure devrait être incessamment généralisée (avec ou sans demande de crédit), ce qui constituerait une obligation de plus pour les PME-PMI d’aller vers plus de transparence. Car c’est sur ce chapitre que les banques demandent plus de garanties – y compris personnelles – du chef d’entreprise».

La Fédération PME demande au banquier, en plus de son rôle de financier, de jouer celui de conseiller. «Les banques, explique M. Maâch, ont un certain nombre d’études sectorielles et régionales qu’elles utilisent dans leurs analyses des dossiers, autant qu’elles les mettent au service des PME-PMI». En d’autres termes, au lieu de se contenter de rejeter un dossier, le banquier devrait aussi donner les raisons de la non-viabilité d’un projet. Par ailleurs, la Fédération PME-PMI demande que chaque banque désigne un «monsieur PME» qui serait l’interlocuteur unique de la fédération pour résoudre les problèmes qui pourraient surgir.
Pour sa part , la fédération s’engage aussi à dispenser du conseil l’appui auprès des banques et même de la formation moyennant un prix symbolique.
Enfin, un canevas simplifié devrait être mis en place d’un commun accord avec le GPBM pour ce qui est des documents à présenter par l’entreprise, quitte à ce que la banque demande, une fois le dossier agréé, des documents supplémentaires.
Et pour faire avancer les choses, une tournée d’une délégation comprenant les membres de la fédération, du GPBM, de l’ANPME et de la CCG est prévue pour novembre prochain dans huit villes du Royaume .