BCM-Wafabank : le plein de provisions

La BCM «met à niveau» les comptes de Wafabank avant la fusion
Résultat net : – 400 MDH.

On s’y attendait. Dès que la BCM a pris les rênes de Wafabank, elle a procédé à une «mise à niveau» de son bilan. Le résultat de l’exercice 2003 de Wafa est en effet déficitaire de près de 400 MDH alors qu’un an plus tôt, il était bénéficiaire de 225 MDH. Son dernier conseil d’administration a constaté des dotations aux provisions, nettes de reprises, de 991 MDH. 749 millions concernent les créances sur la clientèle et près de 140 MDH le nouveau système d’information Inova.
Par ailleurs, les charges générales d’exploitation de Wafabank se sont inscrites en hausse de 15,9% à 995,8 MDH, du fait de la comptabilisation d’éléments non récurrents. Il faut, entre autres, compter les indemnités de départ de Abdelhak Bennani, Mustapha Nafekh Lazraq et Abbed El Andaloussi, pour 73MDH.

Annonce des modalités de l’OPA/OPE avant les résultats ? Une mesure volontaire

Il n’est donc pas étonnant que le conseil d’administration de la Wafa entende proposer à l’assemblée générale ordinaire de ne pas distribuer de dividende au titre de l’exercice 2003. Jusque-là, les actionnaires de Wafabank recevaient régulièrement un dividende de 20 dirhams par action.
La décision de provisionner lourdement les comptes de Wafabank n’a surpris personne. Le top management de la BCM prépare ainsi le terrain à la fusion Wafa-BCM. La BCM est passée par là, un an auparavant. Khalid Oudghiri, rappelons-le, avait passé d’importantes dotations aux provisions(1,2 milliard de dirhams), relatives à l’exercice 2002, au cours duquel il avait été nommé à la tête de la BCM .
Dans tous les cas, pour 2003, la BCM a renoué, elle, avec la croissance. Son bénéfice net s’élève à près de 430 MDH. Et, comme le précise M. Oudghiri, il ne résulte pas de reprise des provisions constatées l’année dernière, mais bien de la reprise de l’activité. Le PNB de la BCM a progressé de 1,8 % (+1,5% pour Wafabank et +4,3 % hors éléments exceptionnels). Les ressources augmentent de 12,3 % (+6,3% pour Wafabank) alors que les créances sur la clientèle s’améliorent de 11,2 % (+5,8% pour Wafabank).
L’annonce des résultats de Wafabank survient quelques jours seulement après l’annonce des conditions de l’OPA/OPE sur les titres Wafabank, dont les termes sont jugés satisfaisants par le marché. Un timing voulu par Khalid Oudghiri : « Nous ne voulions pas que les actionnaires minoritaires se fassent avoir à la vue des résultats de Wafabank en cédant leurs actions. Nous voulions d’abord leur annoncer les conditions de sortie, tout en leur laissant le choix entre l’OPE et l’OPA pour agir en connaissance de cause», insiste M. Oudghiri.
La fusion est ainsi bien préparée. Les chiffres sont éloquents…