Autoroutes du Maroc se met au télépéage

Trois premiers postes de péage sont déjà  équipés sur les tronçons Casa-Rabat, Rabat-Kénitra et Casa-Bouskoura. ADM a privilégié ces axes où le tarif est fixe, quel que soit le point d’entrée du véhicule. L’extension du service au reste du réseau devrait suivre.

Les usagers des autoroutes l’auront sans doute remarqué. Depuis quelques jours, les automobilistes empruntant les tronçons Casa-Rabat, Rabat-Kénitra et Casa-Bouskoura ont bien vu l’inscription de la lettre J sur les panneaux de signalisation surplombant certains points de passage au niveau des péages. Renseignement pris auprès des préposés aux guichets, ces voies seront réservées aux abonnés. On comprend ainsi qu’Autoroutes du Maroc se met au télépéage, projet baptisé Jawaz annoncé en 2011 déjà. Pour le moment, la direction de la société est muette sur les détails du système. Cependant, les habitués des autoroutes marocaines savent que les trois tronçons ont des points communs : le trafic y est très important et le tarif est fixe, quel que soit le point d’entrée du véhicule. Casa-Rabat revient à 21 DH, Rabat-Kénitra à 12 DH et Casa-Bouskoura à 10 DH. Par conséquent, la détermination du prix de passage sur ces axes est moins compliquée que sur les autres où il y a un prix différent pour chaque point d’entrée. C’est peut-être la raison pour laquelle ADM les a choisis pour expérimenter le système.

L’abonnement devrait être mensuel, trimestriel ou annuel

Concrètement, on présume que la démarche adoptée ne devrait pas différer de ce qui se fait dans les pays européens qui offrent déjà ce service. En contrepartie d’un abonnement périodique (mensuel, trimestriel ou annuel), l’usager disposera d’un macaron à coller sur son pare-brise. Grâce à un lecteur installé à l’entrée des couloirs réservés à ce service, la barrière s’ouvre automatiquement. Néanmoins, le conducteur devrait réduire sa vitesse à 30 km/h.
Le service, qui s’ajoute à deux autres formules d’abonnement -pour administrations et privés- proposées par ADM, devrait permettre de réduire le temps d’attente dans les péages, particulièrement sur les axes les plus fréquentés.
Ce projet de télépéage s’inscrit dans une stratégie plus globale annoncée en 2006 par ADM et qui vise, à terme, le remplacement des méthodes traditionnelles de perception des droits de passage par, entre autres, la mise en place d’un système dit «free-flow» sur l’ensemble du réseau autoroutier du Royaume.