Automobile : les remises de fin d’année atteignent des niveaux historiques !

En plus de l’effort très palpable sur les prix, l’ensemble des concessionnaires offrent plus d’options et d’équipements. Les constructeurs leur font des ristournes très importantes pour les aider à  liquider leurs stocks. Le premium devient accessible à  moins de 450 000 DH.

Dernière chance pour les opérateurs du marché automobile pour limiter la casse !
A l’unanimité, ils affirment se battre pour finir 2014 au même niveau qu’en 2013. En effet, à un mois de la fin de l’année, les ventes ne décollent pas. Le segment des véhicules particuliers stagne autour de 90 000 unités (-0,1% par rapport à 2013), tandis que celui des véhicules utilitaires légers VUL, plus embourbé dans la crise, affiche une baisse de 3,8%, à 10 168 unités, contre environ 10 570 en 2013.

Face à cela et pour donner un dernier coup de fouet au marché en manque de dynamisme, les concessionnaires multiplient les offres pour appâter les clients plus indécis. Selon les spécialistes et les observateurs du secteur, les promotions de cette année atteignent des niveaux historiques vu les modèles en question et les options proposées. Par exemple, Renault s’adresse à ses clients par un slogan leur affirmant qu’ils n’ont même pas besoin de négocier pour avoir leur nouvelle Clio 4, qui compte déjà 2 500 unités vendues. Le véhicule est proposé à 110 900 DH contre 127 900 DH auparavant. Chez Fiat, il suffit de 129 000 DH pour être au volant de la fiat 500 diesel, soit pratiquement le même prix que la version essence. Opel promet, de son côté, une remise de 25 000 DH avec des équipements offerts sur la Corsa et l’Astra. Toyota n’est pas en reste. La marque nippone met en vente son nouveau modèle Auris diesel, avec climatisation automatique, système multimédia tactile couplé à une caméra de recul en plus de 6 airbags, à partir de 176 400 DH avec possibilité de crédit gratuit, alors que les prix tournaient autour de 200000DH au lancement.

Chez Auto Nejma, le nouveau 4×4 Korando de SsangYong s’affiche à moins de 220 000 DH. La même maison propose la Mercedes classe E 200 CDI à partir de 444000 DH, alors que ce segment n’était jamais accessible à moins de 500 000 DH. Toujours dans le premium, La Centrale automobile chérifienne (CAC) offre sa routière supérieure A6 à partir de 479 000 DH, et son SUV haut de gamme Q5 à partir de 398000 DH !

Les motorisations essence se vendent très difficilement

Du jamais vu, selon les spécialistes. «Les constructeurs apportent leur contribution en accordant des ristournes très importantes, d’autant plus qu’ils veulent eux aussi atteindre leurs objectifs de vente», commente un directeur commercial d’un concessionnaire de la place.
Cet effort commercial est beaucoup plus palpable du côté des véhicules à motorisation essence devenus quasiment invendables sur le marché au cours des derniers mois, en raison, entre autres, de la cherté du carburant. Du coup, les prix sont bradés chez l’ensemble des opérateurs et atteignent des niveaux historiquement bas. De belles routières sont désormais accessibles à moins de 200 000 DH. Pour ne pas se trouver obligés de brader indéfiniment les prix, plusieurs opérateurs ne vendent plus les voitures essence que sur commande.
Cela dit, les opérateurs font remarquer que les ventes enregistrées au cours de cette période ne constituent pas un surplus pour le marché, mais plutôt des transactions résultant d’un report des achats de la clientèle qui attend généralement les deux derniers mois de l’année pour pouvoir profiter des promotions.

D’autres sources affirment qu’il faut prendre ces prix annoncés avec prudence. Et pour cause, une fois au showroom, les clients découvrent souvent qu’il s’agit de prix d’appel pour des véhicules dénués de tout équipement de confort. «Parfois, ce sont des offres qui existaient déjà au cours de l’année, mais qui sont remises au goût du jour avec un accent particulier sur la ristourne», remarque un spécialiste.