Anas Sefrioui : Les performances d’Addoha viennent du social mais pas seulement

Le groupe a produit 31 700 logements sociaux en 2011 et livré 28 000 unités. Un chiffre d’affaires sécurisé de 18.4 milliards de DH au cours des deux prochaines années. Le haut de gamme se porte bien avec 1 405 logements vendus et livrés.

2011 semble avoir été un bon cru pour le groupe Addoha. Si vous aviez à faire une lecture rapide de l’exercice ?
D’abord que nous avons réalisé d’excellentes performances. Tous les indicateurs sont en progression, qu’il s’agisse du chiffre d’affaires qui a atteint 9,33 milliards DH, en hausse de 23%, que du résultat net part du groupe qui a atteint 1,93 milliard DH.

Et qui ne croît que de 5,4%, cela dit ?
Il faut le rapporter au périmètre d’activité. Retraité de l’opération exceptionnelle concernant la Société d’aménagement de Saïdia, conclue avec le Groupe CDG et la SMIT en juin 2011, et dont il a résulté une perte de 240 millions de dirhams, le net part du groupe s’établit à 2,1 milliards DH, soit une progression de 23% également.

Il est certain que l’impact du logement social a joué…
Effectivement et cela s’est traduit par l’augmentation du nombre des logements livrés au cours de l’année 2011 qui a atteint plus de 28 000 unités. Mais il n’y a pas que cela, les livraisons de logements de haut standing, sous la marque Prestigia, se sont améliorées à 1 405 unités, impactant positivement nos résultats.

Qui a dit que le segment de l’immobilier de luxe était en crise ?
Prestigia a pu écouler en 3 ans environ 6 000 villas et appartements, conférant au groupe le rang de leader national du secteur du haut standing également. Ce succès commercial résulte du fait que nous avons tenu, lors de l’établissement des master-plans des différents programmes à concevoir des logements qui puissent répondre d’abord aux attentes du marché national avec un mix superficie/prix de vente très bien étudié. Vous savez, les Marocains achètent aussi du haut de gamme.

Tout cela nécessite davantage de foncier…
Conformément au programme communiqué lors de la dernière augmentation de capital, nous avons acquis, en 2011, 270 hectares, auxquels s’ajoutent 110 hectares dont le groupe a déjà signé les compromis de vente. La totalité de ce foncier est destinée à la réalisation de programmes de logements sociaux, dont une bonne partie à Casablanca.

Quid des nouveaux projets de logements pour 2011 ?
Nous avons lancé 16 nouveaux projets de logements sociaux totalisant plus de 49 000 unités.
Nous avons également procédé à la création de la société issue du partenariat avec l’Agence des logements et équipements militaires (ALEM) dont 3 programmes totalisant 24 000 logements ont été autorisés. Un 4e projet, constitué de 14 000 logements, est actuellement en cours d’autorisation.

Concrètement, combien avez-vous produit de logements sociaux durant l’exercice écoulé ?
La production du groupe a atteint 31 700 unités de logements en dépassement par rapport à nos prévisions. Je rappelle que le Groupe Addoha avait conclu avec l’Etat des conventions portant sur 150 000 logements à réaliser sur une période de 5 ans. Nous avons donc, dès la première année, enregistré une avance par rapport à nos plannings, sachant par ailleurs que le rythme de production est appelé à enregistrer une forte augmentation au cours des années 2012-2015.

Parlons chiffre d’affaires sécurisé, comme aiment si bien dire les analystes…
Le chiffre d’affaires sécurisé est déterminé sur la base des compromis de vente signés avec les acquéreurs ayant réglé une avance et qui se transformeront en contrats définitifs lors de la livraison des logements. A fin 2011, le stock de ces compromis de vente portent sur près de 27 000 logements qui généreront un chiffre d’affaires de 18,4 milliards de dirhams à l’horizon 2013.

Comment sera 2012 ?
La croissance aura pour origine l’accélération du rythme de la production de logements sociaux.
Quant aux logements de haut standing, la marque Prestigia atteindra au cours de cette année sa vitesse de croisière avec la poursuite des livraisons au niveau des projets de Marrakech Golf City, Ryad Andalous, Argane Golf Resort, Fès City Center… et, pour la 1ère fois, au niveau des projets de Bouskoura Golf City, Country Club Palmeraie… Les efforts entrepris par le groupe pour multiplier le nombre d’entreprises sur nos chantiers commencent à se traduire par une hausse significative de la production et des livraisons.

Et où sont ces logements destinés à la classe moyenne ?
La Fédération nationale de la promotion immobilière, dont Addoha est membre, a proposé au gouvernement d’inclure dans la future Loi de finances 2013 des dispositions de nature à impulser une dynamique forte de la production des logements à destination de la classe moyenne. Cette proposition consiste à définir un plafond au niveau du prix de vente au m2 et de la superficie du logement en les fixant respectivement à 5 000 DH/ HT le m2 et à 100 m2. Sous réserve du respect de ces deux critères, les promoteurs et les acquéreurs bénéficieraient des mêmes avantages que ceux instaurés pour les logements sociaux dans le cadre de la Loi de finances 2010.
Nous pensons que cette proposition, si elle était retenue par le gouvernement, permettrait d’accroître rapidement la production nationale de 50 000 unités par an.
A ce propos, une étude est en cours au niveau de la FNPI pour déterminer les gains qui pourraient être réalisés en termes de recettes fiscales à travers les effets induits par l’augmentation de la production qui viendront au moins, si ce n’est plus, compenser les exonérations fiscales proposées. Nous aurions ainsi, sans impact aucun sur le Budget national, répondu à la demande de la classe moyenne  à travers la mise sur le marché de logements composés d’un salon et 3 pièces de dimensions convenables à un prix maximum de 500 000 DH.  

Vous entendez investir également en Afrique…
Oui, mais de manière progressive. Nous lancerons au cours de l’année 2012 deux programmes test d’environ 400 à 500 logements en Guinée Conakry et en Côte d’Ivoire où la demande est également très forte.