Amo : les produits complémentaires lancés par les assurances privées

RMA Watanya, CNIA et Axa ont dévoilé leurs offres

Deux garanties : un complément du taux
de remboursement et une couverture des soins exclus de l’Amo.

Lescompagnies d’assurance privées avaient-elles des doutes sur la pérennité de l’assurance maladie obligatoire (Amo) ? Il semble bien qu’elles aient pris le temps d’observer le fonctionnement du système, car ce n’est que plus d’un an après le lancement de ce dernier qu’elles se sont enfin décidées à lancer leurs produits complémentaires à la couverture médicale de base assurée, pour les salariés du privé, par la CNSS. Elles reconnaissent d’ailleurs volontiers cette mise en observation tout en précisant qu’il leur fallait quelques mois pour proposer des offres adaptées.

Ce sont en fait trois compagnies de la place qui ont dévoilé leurs offres. RMA Watanya a donné le ton en annonçant, en mars dernier, à la presse ainsi qu’aux agents et courtiers, son offre à venir. Axa Assurance Maroc et la CNIA lui ont emboîté le pas, à la mi-juin, en annonçant, par voie de presse et affichage, leurs produits complémentaires.

L’offre est quasiment similaire pour les produits d’entrée de gamme chez RMA Watanya et Axa Assurance Maroc. Les deux premières compagnies de la place proposent des garanties à deux niveaux. Premièrement, une complémentaire au niveau du ticket modérateur. Sachant que l’Amo assure un remboursement de 70% et 90% en fonction de la nature du prestataire de soins (cliniques privées ou hôpitaux), les deux assureurs assurent le remboursement des 30 ou 10 % restants selon le cas.

Le deuxième volet de l’offre concerne la prise en charge de tous les risques non couverts par l’Amo, notamment les soins ambulatoires, ainsi que les soins dentaires et optiques. Sur ce dernier volet, RMA Watanya tout comme Axa Assurance Maroc ont d’ailleurs décliné leur offre en plusieurs options. Ainsi, «Complémentaire santé RMA Watanya», c’est le nom du produit complémentaire, propose cinq options comportant trois possibilités pour l’assuré. Celui-ci peut choisir, en fonction de sa cotisation bien sûr, un taux de remboursement de 70%, 80% ou encore 90% car, par principe, dit-on à RMA Watanya, «nous voulons, pour moraliser le risque, ne pas assurer un remboursement à 100% des soins ambulatoires». Même démarche chez Axa Assurance Maroc qui garantit, pour les prestations non couvertes par l’Amo, un taux de remboursement à trois paliers, soit 70%, 80% et 90%.

Outre ces grandes lignes, chacune des offres des deux assureurs se décline en plusieurs options de manière, explique-t-on chez Axa Assurance Maroc, à répondre aux besoins précis de chaque client, notamment les entreprises qui souhaitent avoir des produits adaptés à toutes les catégories sociales qu’elles emploient. Les offres d’Axa sont dénommées Essentielle, Solution Confort et Confort Plus.

Sur les compléments au niveau du ticket modérateur, pour assurer un remboursement à hauteur de 100%, les deux compagnies se basent sur la tarification nationale de référence à laquelle est ajouté un multiplicateur variant en fonction des options choisies par l’entreprise. Ces multiplicateurs sont de l’ordre de 125%, 150% ou 200%.

Axa Maroc abandonne le principe de l’antériorité de la maladie
Pour se démarquer de la concurrence, Axa Assurance Maroc s’est alignée sur l’Amo puisqu’elle a abandonné, pour les produits complémentaires, le principe de l’antériorité de la maladie. RMA Watanya, quant à elle, a décidé de ne pas restreindre son offre uniquement aux affiliés à la CNSS, elle l’a également ouverte à ceux de la CNOPS. «Cela est tout à fait compréhensible car nous avons déjà des contrats avec des entreprises et des établissements publics qui couvrent plus de 15 000 personnes», explique-t-on chez l’assureur.
Sur les cotisations, les compagnies restent plutôt évasives, se contentant d’avancer qu’elles varient en fonction des prestations exigées par le client. Mais les assureurs ne manquent pas de préciser que les produits complémentaires proposés sont adaptables au budget des adhérents.

CNIA assurance couvre juste les soins exclus par l’Amo
On retiendra le cas de la complémentaire CNIA, Addamane Santé, dont la cotisation mensuelle est fixée à 109 DH HT par famille, quel que soit le nombre de ses membres. Ce produit, à la différence des offres concurrentes, ne couvre que les frais de santé exclus de l’Amo. Donc, la CNIA ne prévoit pas de complément au ticket modérateur.

Les assureurs reçoivent les premières demandes et consultations de la part des entreprises. Le nombre de contrats n’est pas très important, certes, mais les compagnies demeurent optimistes quant aux perspectives de développement. Ainsi, chez Axa Assurance Maroc, qui détient 24% de parts de marché au niveau de la branche maladie, on table sur un chiffre d’affaires de 6 à 8 MDH au titre des complémentaires à l’Amo. «Un chiffre d’affaires qui sera ressenti au niveau des deux exercices 2007-2008 puisque nous venons de commencer la commercialisation de nos produits», explique-t-on. Chez RMA Watanya, leader de la branche maladie avec une part de 28%, on compte réaliser, sur les deux prochaines années de commercialisation, 10% du chiffre d’affaires actuel de son portefeuille maladie estimé à 420 MDH, soit 42 millions. Pour rappel, la branche maladie, déficitaire depuis plusieurs années, est estimée à 2,3 milliards de DH.