Alstom et Nexans mon-tent une usine de cà¢blage

Alstom et Nexans ont signé, le 8 juin, à Rabat, un protocole d’accord portant sur la création d’un joint-venture dont l’objet est la production, au Maroc, de faisceaux de câbles ferroviaires et d’armoires électriques basse tension. Le capital de cette entreprise sera détenu à hauteur de 50% par Alstom qui «apportera la charge de travail initiale et assurera la conception des sous-ensembles» et de 50% par Nexans qui «pilotera leur industrialisation et leur production». Dans un premier temps, l’usine, dont le lieu d’implantation n’a pas encore été divulgué, produira des équipements destinés au marché ferroviaire marocain, notamment le tramway de Casablanca et le futur TGV. Ensuite, elle diversifiera ses activités de production, en vue de satisfaire d’autres clients ferroviaires, ainsi que des clients d’autres secteurs.
Selon Ahmed Chami, ministre de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies, «l’idée est de rendre cette démarche de contreparties industrielles systématique pour tous les grands investissements publics». Patrick Kron, PDG du Groupe Alstom, souligne quant à lui que le joint-venture est «une étape supplémentaire pour favoriser l’émergence d’un centre de compétences ferroviaires au Maroc». La société en question sera, en principe, créée d’ici septembre prochain, et ses activités devraient démarrer avant la fin de l’année. Le chiffre d’affaires prévisionnel est de 314,5 MDH (28 millions d’euros) en 2015 et 685 millions (62 millions d’euros) en 2018.