«Les prix des Smartphones 4G vont sensiblement baisser d’ici quelques mois»

Inwi a lancé depuis le 17 juin son offre 4G dans 21 villes et certains axes autoroutiers et ferroviaires. Pour l’instant, les Smartphones compatibles proposés sont de moyen et haut de gamme.

Inwi vient de lancer son offre 4G, étiez-vous prêts à 100% ? 

Nous avons commencé à travailler sur la 4G depuis longtemps. Plus d’une année de travail sur les plans technique et marketing a été nécessaire pour assurer un lancement national. Après des tests concluants effectués depuis novembre 2014, nous avons lancé officiellement notre offre 4G le 17 juin. Nous couvrons 21 villes et certains axes ferroviaires et autoroutiers. En d’autres termes, c’est le premier réseau national de 4G. Aujourd’hui, nous disposons de plus de sites assurant la couverture 4G que de sites 2G implantés lors de notre lancement en 2010. Notre objectif est d’offrir la 4G à tout le monde, de façon professionnelle et avec une excellente qualité, et ce, conformément à notre vision de démocratiser les usages depuis notre lancement il y a cinq ans.

Ne pensez-vous pas qu’il y a eu de la précipitation et que brusquement tous les opérateurs s’y sont lancés d’un seul coup ?

Nous n’avons pas lancé des offres comparables. En effet, inwi propose depuis le 17 juin une offre 4G nationale qui peut être utilisée par tout le monde. Nous disposons également des cartes SIM compatibles dans toutes nos agences, de même qu’une panoplie de téléphones 4G. Pour cela, nous avons ainsi déployé 800 experts sur l’ensemble du Royaume formés pour assister les clients au passage à la 4G. Je peux vous dire que la date de lancement de notre 4G a été fixée depuis longtemps vu l’ampleur du projet. 

Concrètement, en quoi consiste l’offre 4G d’inwi ?

C’est une offre qui permet à tous nos clients de bénéficier de la 4G au même prix que la 3G sans aucun coût additionnel. A partir d’une carte de recharge de 20 DH, le client pourra accéder à un pass 4G en prépayé. De même, les abonnés inwi auront la 4G dans leurs forfaits sans frais supplémentaires. Pour cela, il suffit de changer de carte SIM auprès de l’une de nos agences. Nos équipes profiteront de ce passage pour expliquer aux clients les nouvelles offres et la façon d’utiliser cette technologie. 

Ceci en plus des conseils qui peuvent être obtenus auprès de notre service d’assistance à distance et à partir de notre site web.

Quelle sera la vitesse de la connexion ?

Pour la 4G, la vitesse sera supérieure à 100 mb/s. Mais nous avons décidé d’aller au delà puisqu’on a investi dans la 4G+ dont la vitesse atteint 250 mb/s. La 4G+ sera disponible uniquement dans les centres-villes. Actuellement, quelques centres urbains sont couverts mais cette technologie sera étendue prochainement au reste des centres urbains du Royaume. Concrètement, alors qu’il faut 22 minutes pour télécharger un film d’un Go avec la 3G, il en faut uniquement 11 minutes avec la 4G et 5,5 minutes avec la 4G+. En outre, il faut savoir qu’on gagne du temps à la fois pour la réception mais aussi pour l’envoi de contenus.  

Est-ce qu’il y aura un changement dans les volumes d’internet accordés dans le cadre des forfaits et des recharges ?

Nous garderons les mêmes volumes et les mêmes prix, à part sur les offres typiquement data qui seront adaptés à la 4G.

On aura donc accès aux mêmes volumes mais avec une vitesse nettement supérieure…

Tout à fait. Cela procurera à nos clients un confort d’utilisation beaucoup plus grand, la possibilité de faire du streaming de meilleure qualité, de jouer plus facilement en ligne, de poster des vidéos plus rapidement, de communiquer en instantané de façon beaucoup plus fluide… En gros, une expérience client beaucoup plus agréable.

Dans ce cas, que gagnerait  Inwi sur le plan économique?

Déjà, il y avait un besoin d’évolution technologique émanant des clients. L’augmentation de la base de Smartphones et l’accès à de plus en plus de contenus data a fait que la 3G avait atteint ses limites. 

Il fallait donc faire cette rupture technologique. Même si notre réseau n’a que cinq ans, nous devons le moderniser à la lumière des nouvelles avancées technologiques. Nous pensons que grâce à la 4G, il y aura une plus grande envie de data de la part de nos clients qui seront prêts à payer plus. 

Donc cela encouragera l’usage d’internet…

Plus que jamais !

La 4G pourra-t-elle être captée partout dans les villes couvertes, y compris à l’intérieur des maisons ?

Nous sommes en train de construire beaucoup de sites notamment dans les villes relativement denses pour offrir aux clients une expérience similaire à l’ADSL. Nous allons aussi utiliser des technologies qui nous permettent de renforcer la couverture 4G à l’intérieur des maisons. La 4G et la 4G+ doivent devenir de véritables concurrentes de l’ADSL. 

Qu’en est-il de l’offre de terminaux compatibles ?

Nous disposons d’une large gamme de terminaux 4G dans tous nos points de vente. Nous avons aussi des clés 4G et des MiFi pour permettre à nos clients de créer chez eux des réseaux WiFi accessibles à plusieurs personnes en même temps. 

Leur prix ?

L’offre en matière de Smartphones est actuellement composée essentiellement de terminaux moyen et haut de gamme. 

Les téléphones d’entrée de gamme nécessiteront quelques mois pour être sur le marché. Je pense que d’ici un an à un an et demi les prix des terminaux compatibles 4G vont baisser au fur et à mesure du développement de l’usage.

Finalement à combien s’élève l’investissement pour lancer la 4G ?

Globalement nous avons investi environ 10 milliards de DH sur les cinq dernières années et nous comptons investir autant sur les cinq prochaines années. 

La grosse partie des investissements sera destinée à la reconstruction du réseau pour augmenter les capacités de transmission qui seront utilisées pour la 4G, l’ADSL, le WiFi outdoor…

Donc le projet de lancement du service ADSL n’est pas abandonné…

Il y a des services qu’on ne peut offrir que par ADSL. De plus, la concurrence sur ce segment fera baisser les prix, améliorera la qualité de service et stimulera l’innovation. C’est pour cela que nous allons continuer à travailler sur l’ADSL. Nous avons investi plusieurs dizaines de millions de dirhams et il y a un millier de personnes qui testent actuellement notre service. Quand inwi lancera son ADSL, ce sera sur tout le Maroc dans l’objectif de le démocratiser. 

Qu’en est-il de la situation sur le segment du mobile ?

La baisse des prix est une bonne chose tant qu’il y a de l’élasticité. C’est-à-dire tant que l’usage augmente. C’est un business model qui tenait la route mais qui semble aujourd’hui dépassé. 

Actuellement, le client considère qu’il a plus que ce qu’il lui faut, des heures qu’il ne consomme plus. Dans d’autres pays, cette tendance n’a eu lieu que lorsque la data s’est nettement développée. Au Maroc, on est allé trop vite car la voix s’est effondrée alors que la data décolle à peine. Cela risque de pénaliser le secteur. J’ai des inquiétudes sur le business model des opérateurs pendant cette période de transition.

Que devraient faire les autorités de tutelle face à cette situation ?

Il faut tirer la sonnette d’alarme car nous nous acheminons vers la destruction de valeur. 

Vos priorités pour les cinq prochaines années?

Nous allons continuer à développer les services haut débit : 4G, ADSL, WiFi outdoor… Nous avons déjà investi et nous allons continuer à le faire pour avoir un réseau qui permette d’offrir ces technologies avec un niveau de qualité supérieur. Pour la 4G, la difficulté sera la disponibilité dans l’immédiat de terminaux compatibles à bas prix. 

Nous avons aussi peu de visibilité sur le plan réglementaire car aujourd’hui il y a une loi sur les télécoms qui est toujours au Parlement. C’est très difficile d’investir alors qu’on ne sait pas quelles seront les règles du jeu.

Il faut par ailleurs développer les contenus. C’est bien d’avoir de la 4G, mais c’est dommage de n’avoir que du contenu étranger. Il faut encourager la création et structurer le contenu marocain car c’est ce dernier qui stimule l’usage.