Al Hoceima : plusieurs projets en soutien aux petits agriculteurs

Une plantation d’arbres fruitiers de 8 700 ha et 100 km de pistes rurales seront livrés en 2018. Des projets de petite irrigation et de valorisation ont été lancés pour conforter les efforts consentis au niveau de la plantation et du désenclavement.

Quelque 270 MDH. C’est l’enveloppe mobilisée par le ministère de l’agriculture dans le cadre du programme «Al Hoceima, ville phare de la Méditerranée» lancé en octobre 2015. Le premier projet consistant en la plantation d’arbres fruitiers sur 8 700 ha et prévu dans le cadre du pilier II du Plan Maroc Vert (PMV) a démarré en 2016. Cette superficie qui concerne 8 400 agriculteurs issus de 26 communes rurales est constituée de 3 700 ha d’amandiers, 2 230 ha de cactus, 2 000 ha de figuiers, 500 ha d’oliviers et 270 ha de noyers. L’investissement est de 126,68 MDH. «La superficie ciblée durant 2016 et 2017 est de 5 894 ha dont 2 170 ha plantés et 3 724 ha en cours de plantation. Le montant total engagé durant la même période est de 82,01 MDH», précise My Abdelaziz El Omari, directeur provincial du ministère de l’agriculture à Al Hoceima. «Le montage d’un projet pilier II nécessite au moins une année, de l’identification des zones d’intervention du projet à la contractualisation avec l’organisation professionnelle porteuse du projet», précise-t-il.

Le deuxième projet est relatif à la construction de 100 km de pistes rurales. Il contribuera au désenclavement d’une population de 20 000 personnes issue de 10 communes rurales. Le chantier a été lancé en mai 2017. Le financement de 144 MDH est assuré par le Fonds de développement rural (FDR). «Parmi les 16 pistes prévues dans le cadre du projet, 7 sont en travaux depuis mai 2017 et 7 autres depuis août. Actuellement, les travaux de terrassement et de construction d’ouvrages sont en cours au niveau de 14 pistes d’un linéaire total de 90 km», détaille M. El Omari qui annonce que les deux projets seront livrés en 2018.

Prédominance de la micro-propriété

La DPA d’Al Hoceima a aussi donné le coup d’envoi d’un troisième projet de développement de la filière laitière relevant du PMV. L’investissement est de 48,2 MDH et la réalisation est étalée sur 4 ans. D’autres partenaires, à l’instar de l’Union des coopératives agricoles d’Ajdir (UCCA) et de la Commune urbaine d’Imzouren et de la Fédération nationale des éleveurs producteurs laitiers (Feneprol), sont associés à ce projet.

Concrètement, il sera procédé à l’amélioration de la productivité du cheptel en passant de 3 000 à 4 000 l/vache/an et développer la collecte du lait, son traitement et sa commercialisation via la construction d’une unité de production de lait à Imzouren. L’objectif est d’assurer l’approvisionnement de la province en produits laitiers conformes aux exigences sanitaires. Ce projet sera entièrement livré cette année.

L’irrigation et la valorisation de la production ne sont pas en reste. «Ces projets d’irrigation et de valorisation viennent conforter les efforts consentis en matière de plantation et de désenclavement», soutient M. El Omari. A ce titre, la plantation de 10 000 ha en arbres fruitiers sera réalisée en soutien à l’agriculture solidaire.

Pour ce qui est de l’irrigation, le projet consiste en l’aménagement en petite et moyenne hydraulique (PMH) via la construction d’un réseau de seguia d’une longueur de 102,6 km sur la période 2015-2019. Doté d’une enveloppe de 47 millions de DH, le projet sera entièrement livré en 2019. A propos de la valorisation, il est prévu la construction de cinq unités dont deux de transformation de cactus, deux de concassage d’amandiers et une de trituration d’olives. La mise en œuvre démarre en 2018. «Ces projets touchent l’aval productif et l’amont commercial et de transformation dans une approche intégrée», explique M. El Omari.

Il y a lieu de noter que l’agriculture dans la province d’Al Hoceima est basée sur la céréaliculture, l’arboriculture et l’élevage. Elle compte, selon les chiffres les plus récents de la DPA, 31 064 agriculteurs exploitant une surface agricole utile (SAU) de 173 400 ha, dont 11% seulement est irriguée. 92% des agriculteurs de la province possèdent moins de 5 ha, d’où la prédominance de la micro-propriété. Cela explique la raison pour laquelle la tutelle a mis l’accent sur le développement de l’agriculture solidaire (pilier II du PMV).