Agritech : Une plateforme modèle au centre régional agronomique de Kénitra

• Une structure conduite essentiellement en digital et en précision appliquée.
• Economie de temps et d’eau, meilleure condition de travail et préservation de l’environnement, sont quelques-uns des gains de l’utilisation du numérique dans le domaine.

L’agriculture connectée n’est plus une tendance mais une réalité aujourd’hui. Au Centre régional de la recherche agronomique de Kénitra, c’est un domaine d’innovation permanent. L’INRA a mis en place depuis déjà trois ans un Living Lab sur l’agriculture de précision appliquée aux agrumes au niveau du domaine expérimental El Menzeh. «Les nouvelles technologies du digital, telles que l’imagerie satellitaire ou les images de drones, les stations météo connectées, les systèmes embarqués et les moyens de localisation au niveau de la parcelle sont utilisées au niveau de cette plateforme modèle. Ces nouvelles technologies permettront la rationalisation et l’automatisation des interventions agricoles au niveau de cette structure», indique Dr. Hassan Benaouda, chef du Centre régional de la recherche agronomique de Kénitra. Dans cette plateforme, de nombreuses techniques digitales et de précision sont appliquées. Irrigation localisée et automatisée des agrumes à travers le système ECO D3, raisonnement de la fertilisation des agrumes à travers des images de drone, sont quelques-uns des équipements utilisés. Les normes d’application des engrais foliaires et celles d’application des traitements phytosanitaires sont déterminées par drone sur les agrumes. Les techniques de l’agriculture de précision sont utilisées à tous les niveaux. Il en est ainsi du suivi de la population des insectes en direct par caméra GPRS et du  suivi de la maturité et l’estimation des rendements à travers la caméra Crop View et par drone. L’ensemble des données recueillies par ce matériel hightech est transmis par GPRS en temps réel.

Les investissements en équipement agritech au niveau de cette plate-forme d’environ 7 hectares se sont en effet déroulés en étapes depuis environ 8 années. Il y a eu dans ce processus l’installation notamment des pistes, du réseau d’irrigation et d’un bassin d’accumulation d’eau alimenté via un système de pompage solaire. En outre, la plateforme a été équipée entre autres d’une station climatique automatique à transmission de données par GPRS.

Ces innovations, qui mettent les progrès du numérique au service d’une agriculture durable et rentable, permettraient, selon les agronomes, un gain de temps et une amélioration des conditions de travail de l’agriculteur. Elles offrent aussi une préservation de l’environnement à travers une utilisation raisonnée des intrants et une économie de la ressource en eau. La conduite des agrumes en application des techniques de l’agriculture digitale permettrait enfin la constitution d’une base de données digitale sur les paramètres de croissance et la conduite technique raisonnée des agrumes, avant de faire la même chose pour d’autres filières.

N-Index, une nouvelle innovation pour booster la production de blé

L’indice digital d’azote, N-Index, une nouvelle technique de production, développée par AgriEdge, permet de rehausser le niveau de production de blé au Maroc. Résultant de 3 ans de recherches appliquées menées par ces deux institutions, cet indice, qui est développé grâce à une collaboration entre Les Domaines agricoles et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), permet d’estimer, à partir des images satellites, la quantité d’azote optimale à appliquer pour le blé à ses différents stades agronomiques, indique un communiqué de AgriEdge.

Testé par Les Domaines agricoles, en partenariat avec l’équipe d’AgriEdge, ses premiers résultats indiquent qu’il est possible d’atteindre 21% d’économie d’azote tout en réalisant 24% de rendement grain supplémentaire, précise la même source. Il s’agit d’une innovation très prometteuse, puisqu’en plus de relever le niveau de production des agriculteurs, elle leur permet aussi de gagner en compétitivité. En effet, le prix de l’engrais azoté, notamment de l’ammonitrate 33,5, l’un des fertilisants les plus utilisés au Maroc, a connu une flambée inquiétante ces derniers mois, ajoute le communiqué, notant que le prix de la tonne d’ammonitrate 33,5 se situe en effet, actuellement, autour de 8.250 dirhams, contre environ 3.400 dirhams au printemps dernier.

Avec le N-IndeX, le digital devient un vrai levier pour la fertilisation raisonnée du blé au Maroc. L’écosystème national des producteurs de blé en est maintenant convaincu. Les Domaines agricoles sont un groupe marocain opérant dans les métiers de la production agricole et agro-industrielle depuis plus de 60 ans.

AgriEdge est une Business Unit de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir (UM6P). Spécialisée dans l’agriculture de précision, son ambition est de rationaliser, par le digital, l’utilisation des ressources agricoles.

M.C.

INRA : Bientôt un nouveau statut

Le conseil de gouvernement a adopté récemment le projet de loi n°81.21 modifiant et complétant la loi n°40.80 portant création de l’Institut national de la recherche agronomique.  Ce texte vise à reformuler les missions de l’INRA dans le contexte de l’existence d’autres établissements et structures relevant du ministère, en vue de renforcer l’importante contribution de l’institut dans le domaine de la formation, en valorisant notamment ses recherches et en promouvant ses résultats.

Une telle révision permettra à l’institut de s’acquitter de ses fonctions en tant qu’acteur national principal en matière de la recherche agronomique, et d’apporter à ses usagers des conditions encourageantes et mieux adaptées à sa spécificité. Ce projet de loi reproduit et remplace les dispositions du deuxième chapitre de la loi n°40.80, en attribuant à l’institut des fonctions telles que la réalisation des recherches scientifiques, techniques et économiques portant sur le développement agricole durable et l’élevage de bétails, le lancement d’études exploratoires relatives au milieu naturel ou ayant un lien avec l’amélioration de la production végétale ou animale et l’organisation des essais agricoles.

Il s’agit aussi de l’identification des modalités d’application des résultats des recherches effectuées et de l’hébergement et la gestion de la collection nationale des ressources phytogénétiques de plantes cultivées, des ressources génétiques animales et des microorganismes pour l’alimentation et l’agriculture, conformément aux engagements internationaux du Royaume dans ce domaine.

M.C.