Agriculture solidaire : Bilan de six ans

Le taux d’engagement a atteint 100% et celui de décaissement 91,5%.

L’heure est au bilan pour le projet d’Agriculture Solidaire et Intégrée au Maroc (ASIMA).

A son lancement en 2013 dans 114 communes des régions de Souss-Massa et de Marrakech-Safi, il visait à encourager l’intégration de mesures de conservation des sols et de la biodiversité par plus de 8500 petits agriculteurs dont 20% de femmes. Ses activités se devaient d’améliorer les revenus de ces derniers, tout en tirant le meilleur profit des ressources naturelles souvent limitées.

Près de six ans après, le verdict est livré. ASIMA est un succès au regard des chiffres avancés lors de sa cérémonie de clôture organisée le 26 décembre à Bouznika. Le nombre de bénéficiaires s’élève à 9979 (110% par rapport à l’objectif initial), a annoncé l’Agence pour le Développement Agricole (ADA). La superficie des terrassettes réhabilitées dans des zones de montagne s’élève à  180 ha (100% du taux d’achèvement). Les dix unités de valorisation planifiées ont été construites, équipées et six d’entre elles sont opérationnelles. Idem pour les trois bassines de margines et les deux compostières que prévoit ASIMA.  Le taux d’engagement a atteint 100% et celui de décaissement 91,5%.

Le projet ASIMA, administré par la Banque Mondiale et sous la supervision et le pilotage national de l’ADA, a été financé par un don de 6,44 millions de dollars du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Il est venu s’intégrer à 8 projets (pilier II du PVM) financés par le gouvernement marocain à hauteur de 35,5 millions de dollars (un coût total de 41,94 millions de dollars).