Accidents de la route : dégradation au terme des premiers mois de 2008

Les accidents ont augmenté de 14% durant les cinq premiers mois de 2008 par rapport à  la même période de 2007.
La lutte continue. Le deuxième Plan stratégique intégré d’urgence (PSIU) pour 2008-2010 est fin prêt.

Pas de chance pour le ministre de l’équipement et du transport. Malgré les efforts accomplis en matière de sensibilisation et de contrôle, la route continue de tuer, en rase campagne comme en agglomération.

Les statistiques des cinq premiers mois de l’année 2008 montrent en effet une nette recrudescence des accidents de la circulation avec une augmentation de 13,69% du nombre d’accidents corporels par rapport à la même période de l’année 2007. Ce qui s’est traduit par une augmentation de 13,97% du nombre de tués d’une période à l’autre. Le nombre de blessés graves, lui, a augmenté de 10,38% et celui des blessés légers de 18,34%.

On rappellera, à titre de comparaison, qu’en 2007, le nombre d’accidents s’était accrû de 8,13% par rapport à 2006, atteignant le chiffre de 58 924. Il y a eu 3 838 tués la même année contre
3 754 en 2006, soit une hausse de 2,24%. Les blessés graves ont augmenté selon un rythme identique et les blessés légers de près de 9%.

Paradoxalement, cette aggravation des dégâts vient à un moment où les pouvoirs publics mettent le paquet sur la sécurité. D’abord, il y a eu le premier Plan stratégique intégré d’urgence (PSIU 1) pour la période 2004-2007. Le ministère de l’équipement et du transport se dit d’ailleurs globalement satisfait des résultats de ce plan.

Comparé à la période d’avant le lancement du plan, et malgré une légère augmentation du nombre d’accidents, on a assisté à une baisse du nombre de tués (-1,83%) et du nombre de blessés graves (-16,79%) ainsi qu’à une quasi-stabilisation du nombre de blessés. Le département de Karim Ghellab cherche désormais à agir sur plusieurs fronts : la sensibilisation des usagers, l’amélioration des conditions sociales des chauffeurs professionnels, le renouvellement du parc de poids lourds et l’affinement du contrôle. Et ce sont là les principaux axes sur lesquels sera articulé le deuxième PSIU qui va couvrir la période 2008-2010.

Et quand on parle d’usagers, une attention particulière sera accordée aux plus vulnérables d’entre eux, à savoir les piétons et les conducteurs des deux roues. En effet, en agglomération, les piétons et les deux roues totalisent 83,25% des tués. De manière globale, si le nombre de piétons tués en 2007 a diminué de 8,23% par rapport à 2006, celui des usagers des deux roues a, durant la même période, augmenté de 16,30%, à 899 personnes. Ils talonnent de près les automobilistes dont le nombre de tués s’élève en 2007 à 1 291, en augmentation de 4,45%. Tandis que, pour les conducteurs de camions, on dénombre 320 morts en 2007 au lieu de 299 une année plus tôt, soit une hausse de 7,02%.

MRE, estivants et conducteurs d’autocars
Pour endiguer le mal, il n’y a pas de recettes : un contrôle rigoureux et sans complaisance mais surtout la sensibilisation. C’est en partant de cette conviction que le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) va d’ailleurs, pour la cinquième année consécutive, reconduire l’opération grand public qui se déroulera en deux périodes. La première, en juillet-août, s’adressera essentiellement à trois catégories : les Marocains résidents à l’étranger (MRE), les estivants et les conducteurs d’autocars.

Les actions seront concentrées sur les zones urbaines, les plages et les gares routières. La deuxième, qui s’étalera d’octobre à décembre, vise particulièrement les piétons et les usagers de la route, notamment dans les zones urbaines et les établissements scolaires. Il s’agit d’actions de sensibilisation multiformes avec, entre autres, des spots radio et télé, la distribution de tee-shirts et dépliants et l’usage de mégaphones sur la voie publique.

Pour les conditions sociales des chauffeurs professionnels, une population particulièrement vulnérable, il a été décidé de concrétiser les promesses qui leur ont été faites. Il s’agit de la mise en place de guichets uniques dans les régions pour commercialiser des produits sociaux existants ou nouveaux : «Inaya» pour la couverture sociale, «Damane Baridi» pour la retraite, «Amane Baridi» pour l’assurance vie et la garantie du Fogarim pour le logement social. C’est la société Manpower qui a été retenue pour la gestion de ces guichets qui devraient être opérationnels à la fin de l’année. Il faut toutefois espérer que ces produits puissent trouver preneurs…

En ce qui concerne le renouvellement du parc de camions, un budget de 510 MDH destiné à soutenir les exploitants qui veulent se débarrasser de leurs vieux engins est prévu pour la période 2008-2010.

Enfin, un Plan national de contrôle a été dernièrement validé par le Comité permanant de sécurité routière. Il entrera en vigueur dans les jours qui viennent.