65 000 voitures vendues à  fin août 2007, l’objectif de 100 000 est réalisable

Une progression de +15% par rapport à l’année dernière.
Les françaises toujours en tête, talonnées par les asiatiques.
Avec la Picanto, Kia se positionne
en tête des importateurs de véhicules de tourisme.

Jamais les ventes automobiles au Maroc n’auront été si proches de l’objectif visé depuis longtemps, soit 100 000 unités. En effet, cumulées à fin août, toutes catégories confondues, elles totalisent

65 063 véhicules, en hausse de 15,1% par rapport à la même période de l’année précédente. Les voitures de tourisme importées montées et celles montées localement représentent 78,27% des ventes. Sur ce marché très animé, les marques françaises maintiennent dans l’ensemble leur domination. Avec 10 341 unités commercialisées, Renault garde le leadership, suivi par Dacia, l’autre marque de la maison qui totalise 8 209 unités. Cette marque reste cependant sous la menace d’une autre marque tricolore, Peugeot, qui fait légèrement moins bien avec 7 272 unités vendues. Toyota, pour sa part, reprend du poil de la bête après ses résultats en demi-teinte de l’année dernière. Le premier constructeur mondial remonte la pente, réussissant à placer 4 325 unités. Dernier de ce top five, la tonitruante marque coréenne Kia, qui continue à tailler des croupières à la concurrence, a quasiment doublé ses réalisations par rapport aux huit premiers mois de 2006 en vendant 5 061 unités.

Mais si l’on se limite aux voitures de tourisme importées montées (CBU), la coréenne fait figure de leader incontesté. Sa performance est exceptionnelle, selon les responsables de la marque puisque le mois d’août, habituellement calme, a enregistré un pic des ventes de 801 véhicules, deux fois plus que durant le même mois de l’année précédente.

Quoi qu’il en soit, les marques françaises ne se laissent pas dominer si aisément en raison de leur présence historique dans le pays. Ainsi, Renault vient en deuxième position sur ce segment avec 4 639 véhicules commercialisés, marquant une progression de 33,9 %. Cette performance atténue l’essoufflement de la marque Dacia sur le marché local puisque ses ventes ont reculé de 10,23 % comparativement à fin août 2006, avec 8 209 unités.

Toujours pour l’importé monté, Peugeot, devancée de cinq unités à peine par la marque au losange, s’adjuge la troisième place, talonnée par Toyota, premier constructeur mondial, avec 4 325 automobiles.

Des progressions spectaculaires
D’un autre côté, certaines marques ont enregistré des progressions spectaculaires, même si en valeur absolue leurs ventes restent faibles. La variation la plus notable aura sans aucun doute été celle d’Alfa Romeo (800 % de janvier à août 2007 par rapport à 2006). Avec 90 voitures vendues, la marque a réussi son retour. Si l’on en croit les concessionnaires, le bon répondant du marché n’est pas strictement lié à cette marque. Ils soulignent que, de manière générale, la nouveauté attire toujours de nouveaux consommateurs. C’est le cas pour la Skoda, qui est passée de 30 à 241 unités. Effectivement, de nouveaux modèles et une plus grande agressivité commerciale, en plus de formules de crédit adaptées, ont permis la percée d’une marque qui restait jusque-là peu connue des consommateurs marocains.

La Jeep Compass s’est vendue à 112 unités contre seulement 26 pour la même période de 2006. Comme quoi, le marché était demandeur d’un tout-terrain au prix de la berline, argument de vente qui en a séduit plus d’un.

Toujours dans la veine des lancements qui ont dopé les ventes, il y a la Mini qui affiche 65 unités grâce à son lancement. La Cooper et la Cooper S auront été les modèles les plus vendus.
Les sœurs ennemies, BMW et Mercedes, ont également enregistré une progression très satisfaisante. La première s’est vendue à 576 unités, en hausse de 41,52%, tandis que sa concurrente plaçait la barre à 794 unités, marquant une progression de 50 %.

Volkswagen, en revanche, broie du noir. Ses ventes ont fléchi de 26,6%, avec 1 947 unités. Idem pour la Seat qui passe de 414 unités à 384 et la suédoise Volvo qui n’a réussi à placer que 59 véhicules contre 67 une année plus tôt.