60% des touristes qui ont visité le Maroc à  fin juillet proviennent d’Espagne ou de France

8% de Français et 14% d’Espagnols en plus par rapport aux sept premiers mois de 2008.
En huit ans, les arrivées d’Allemands ont peu progressé.
Le marché belge en 3e position avec 291 000 touristes.

Le Maroc peine à diversifier ses marchés touristiques. Les marchés français et espagnol continuent encore de constituer  60% des arrivées de touristes, sachant que parmi ces derniers, les MRE constituent la moitié du total des arrivées. Et la saison actuelle n’a pas dérogé à la règle. Ainsi, sur les sept premiers mois de l’année, les touristes en provenance de France représentent, malgré la crise qui frappe le secteur, 38% du total des arrivées contre 39% pour la même période de 2008.
Pour comparaison, en 2001, la part de l’Hexagone dans les arrivées était de 37%.
Cela dit, en nombre de touristes, l’évolution du marché français en 2009 est respectable. Entre janvier et juillet de cette année, près de deux millions de touristes en provenance de l’Hexagone ont franchi les frontières, soit une croissance de +8% par rapport au niveau observé l’année dernière à la même période.
Autre marché important, le deuxième en fait après la France, l’Espagne. Pour les sept mois cités, le nombre d’arrivées de touristes a atteint 1,11 million, soit une augmentation de 14% par rapport aux sept premiers mois de 2008. Pour les arrivées, le marché espagnol enregistre la meilleure progression, un fait d’autant plus étonnant que l’Espagne passe pour être l’un des pays de l’Union européenne les plus touchés par la  crise économique mais qui peut s’expliquer par le fait que nombre d’entre eux étant des MRE rentrés au pays faute de travail dans leur pays d’accueil. Il faut signaler s’agissant des Espagnols qu’ils sont chaque année de plus en plus nombreux à venir au Maroc. Ils n’étaient que 530 000 à avoir été enregistrés à fin juillet 2001. Leur nombre a donc doublé en l’espace de 8 ans. Sur la base des chiffres à fin juillet, le marché espagnol représente aujourd’hui 22% du total des arrivées.

14% de Hollandais en plus
Il faut dire que pour des raisons historiques et de proximité, les marchés français et espagnols sont plutôt sûrs pour le tourisme marocain. En nombre d’arrivées, ils se détachent de manière très nette des autres marchés émetteurs.
Ces derniers, en effet beaucoup plus sensibles aux aléas conjoncturels et, malgré les efforts promotionnels entrepris, sont encore à des niveaux relativement bas.
Dans cette catégorie figure le marché belge arrivé en 3e position avec 291 000 arrivées pour les sept premiers mois de 2009. Avec une part de 6% dans le total, la Belgique est ainsi passée au rang de 3e marché émetteur devant la Hollande (273 000) et l’Allemagne (259 000). Mais à titre de comparaison, ce marché reste très loin du marché espagnol qui, à lui seul, a fourni autant que 4 autres marchés réunis à savoir le Royaume Uni (209 000 arrivées), l’Italie (186 000), la Belgique (291 000) et la Hollande (273 000). Les Etats-Unis et la Scandinavie génèrent respectivement 106 000 et 53 000 arrivées.
Tous marchés confondus, la progression du nombre de touristes qui ont visité le Maroc au cours des sept premiers mois de 2009 est de 8%, soit un peu plus de 5 millions. Il convient toutefois de noter qu’au sein de cette population, c’est surtout la progression des MRE parmi eux qui a tiré les chiffres à la hausse : le nombre d’arrivées de ces derniers est en hausse de 15% alors que celui des étrangers n’est en hausse que de 3%.