5.5 millions de permis de conduire à  remplacer d’ici fin 2015

En un an, un peu plus de 500 000 anciens permis de conduire ont été remplacés par des documents à  puce. Les 63 centres couvrant le Royaume peuvent traiter jusqu’à  un million de dossiers par an. Les unités mobiles peuvent se rendre chez toute entreprise ou administration qui en fait la demande.

L’opération de remplacement des anciens permis de conduire sur support papier par les nouveaux permis à puce se déroule à un rythme relativement lent. Même si cette opération a débuté il y a un an, c’est-à-dire en octobre 2010, et que plusieurs détenteurs de l’ancien permis n’ont pas attendu la publication de l’échéancier relatif à cette opération pour accomplir les démarches de changement de leur permis de conduire, les services du ministère de l’équipement et du transport n’ont comptabilisé à fin octobre 2011 qu’un peu plus de 500 000 documents remplacés, sur un total de 6 millions de documents sur support papier recensés et détenus par les Marocains. Or, selon un arrêté du ministère de l’équipement et du transport, les permis devraient être tous remplacés au plus tard le 31 décembre 2015.

Rien n’empêche de changer son permis à l’avance

Jusqu’au 31 décembre 2011, ce sont tous les permis délivrés avant le 31 décembre 1979 qui sont censés être changés. Ce ne sera évidemment pas le cas, mais le ministère a opté pour une certaine souplesse pour cette opération, ne prévoyant au passage aucune sanction pour ceux qui n’auraient pas accompli cette démarche à temps. Mohamed Meghraoui, directeur des transports routiers précise, en effet, que les détenteurs d’un permis datant d’avant 1979 disposeront d’un délai supplémentaire pour le changer. Pour les autres permis, un échéancier a également été mis en place (Voir encadré).
Pourtant, selon le chef de division des permis et cartes grises au ministère du transport, Azzedine Chahidi, rien n’empêche d’aller changer son permis à l’avance, car le plus important est que l’opération se déroule dans les temps. Il estime que les délais seront tenus car 63 centres de renouvellement de ce document pouvant traiter 900 000 à 1 million de dossiers par an sont ouverts sur l’ensemble du territoire. Le ministère ne lésine donc pas sur les moyens, d’autant plus ses services disposent d’unités mobiles qui peuvent se rendre chez les sociétés privées et les administrations pour des opérations groupées, et, précise-t-il, «gratuites», de remplacement des permis de conduire de tout leur personnel. Il suffit pour ce faire que les entreprises et les administrations en fassent la demande.  Ceci étant, pour tout remplacement, le titulaire s’acquitte d’un montant de 500 DH qui couvre les frais de dossiers et les timbres fiscaux.
Par ailleurs, étant donné les dispositions contenues dans le nouveau code de la route relatives à l’état de santé des conducteurs, et particulièrement les chauffeurs professionnels, qui prévoient que les conducteurs âgés de moins de 65 ans doivent passer une visite médicale tous les 10 ans, et ceux âgés de plus de 65 ans tous les deux ans, les services du ministère du transport prévoient de délivrer au moment du changement du permis un document annexe établi par un médecin agréé pour les plus de 65 ans afin de permettre un bon suivi de leur capacité à conduire un véhicule.
Sachant qu’autrefois, les visites médicales se faisaient uniquement dans les centres de santé publics, un arrêté du ministère de la santé daté du 1er août 2011 et publié au Bulletin officiel numéro 5988 définit les conditions d’agrément des médecins privés et les modalités de délivrance du certificat d’aptitude à la conduite.