30 milliards de DH d’investissements touristiques prévus à  Marrakech

54 projets sont en cours de réalisation et 47 autres à l’étude.
La capacité additionnelle de la ville peut potentiellement atteindre 25 000 lits.
Hôtels de luxe, résidences et villages touristiques, maisons d’hôtes… Tous les segments sont visés.

Trente milliards de DH ! C’est le montant de l’ensemble des projets touristiques déposés au Centre régional d’investissement (CRI) de Marrakech. Selon Abderrazzaq Moumni, directeur du CRI, l’investissement touristique représente 75 % du total des dossiers en cours de traitement au centre. Pour certains projets, l’investissement prévu atteint près d’un milliard de DH.
L’attrait de Marrakech pour les opérateurs aussi bien nationaux qu’internationaux n’est donc plus à démontrer. Selon les responsables du Conseil régional du tourisme de la ville, 54 projets sont aujourd’hui en cours de réalisation, pour une capacité d’accueil additionnelle de 5 152 lits. Les projets couvrent différents segments (hôtels, maisons d’hôtes, villages et résidences touristiques).
Dans la catégorie des hôtels, les cinq étoiles tiennent le haut du pavé, avec 1 998 lits en construction. Suivent les quatre étoiles avec 936 lits et les trois et deux étoiles avec respectivement 366 et 246 lits. Parmi les promoteurs figure en bonne place le groupe Chaâbi qui, avec trois projets d’envergure, le Riad Mogador Ménara le Riad Mogador Agdal (dans la catégorie 5 étoiles) et le Ryad Mogador Opéra (4 étoiles), confirme son implication dans le secteur. Le groupe Fram lance également un hôtel de luxe, le Fram Agdal. Idem pour le groupe familial Ben Fellah qui diversifie son investissement en s’attaquant à l’hôtellerie.

La Mamounia concurrencée pour la clientèle haut de gamme
Dans le segment des villages touristiques, trois projets de 110 chambres au total, pour une capacité d’accueil de 280 lits, sont au programme : Hollidays Club, Al Majal Palmadour et Al Karam.
L’engouement des opérateurs pour la ville semble encore loin de s’estomper. Outre ces projets, 47 autres, offrant 9 788 chambres pour 19 830 lits, sont en cours d’étude. Le palace Four Seasons retient l’attention plus que les autres. Proposé par Kingdom Holding, l’empire financier du prince saoudien Waleed Ibn Talal, pour un investissement de plus de 700 MDH, il viendra concurrencer la Mamounia sur le segment de la clientèle haut de gamme, sur lequel s’est aussi positionné le Royal Mirage qui a récemment ouvert ses portes.

En 2004, la ville a réalisé 3,6 millions de nuitées, soit 25% de plus qu’en 2003
La capacité d’accueil explose donc à Marrakech et les projets en cours confirment la tendance des quatre dernières années. Entre 2000 et 2004, cette capacité d’accueil a crû de 32,74 %, passant de 18 035 lits classés à 23 941. A l’offre des hôtels, il faut ajouter 3 500 lits supplémentaires proposés par les 250 maisons d’hôtes récemment classées et 3 800 proposés par des hôtels non classés. Ceci, sans compter les 3 245 positions des centres d’estivage relevant des œuvres sociales de différents organismes publics et privés.
En définitive, Marrakech offre aujourd’hui une capacité d’hébergement de 34 486 lits. Cette croissance de l’offre est la résultante des performances de la ville et des projections réalisées pour les prochaines années. La demande est de nouveau à la hausse après les deux années creuses de 2002 et 2003. Pour l’année écoulée, la ville a totalisé 1,2 million d’arrivées et près de 3,6 millions de nuitées, soit une croissance de 25 % par rapport à 2003. «Mais il s’agit juste d’un rattrapage ; 2000 demeure l’année de référence pour le secteur», tient à souligner un opérateur de la place. Le taux d’occupation hôtelière de 50 % demeure toujours inférieur à celui enregistré en 2000 (60 %). Les professionnels espèrent toutefois atteindre ce niveau en 2005 si la tendance haussière enregistrée en 2004 est maintenue avec un taux de progression minimal de 15 %. Normalement, rien ne devrait venir perturber, à court terme, cette euphorie touristique. Tous les facteurs se conjuguent pour maintenir Marrakech en tête des destinations touristiques nationales.

A 50%, le taux d’occupation hôtelière demeure toujours inférieur à celui enregistré en 2000 (60%). Si la tendance haussière enregistrée en 2004 est maintenue avec un taux de progression minimal de 15%, ce niveau pourrait être atteint cette année.

Pas moins de quatre nouveaux hôtels 5 étoiles sont en cours de réalisation. La ville confirme sa vocation de destination pour le tourisme de luxe.