16 nouveaux hôtels seront ouverts en 2009 dont 11 à  Marrakech

En 2007 et 2008, 38 conventions d’investissement signées pour un montant de 39 milliards de DH.
Les projets permettront la création de 48 000 lits.

Les investissements touristiques ne faiblissent pas. A fin novembre 2008, 10 conventions portant sur un montant de 12,14 milliards de DH ont été signées et validées par le comité interministériel d’investissement (CII). Elles viendront s’ajouter aux 28 conventions signées en 2007 pour un investissement total de 26,9 milliards de DH. Sur les deux années, le montant total des investissements touristiques objets d’une convention avec l’Etat a atteint 39 milliards de DH. Il faut signaler que, bien que le nombre de conventions en 2008 soit inférieur par rapport à 2007, la capacité en lits engendrée est pratiquement équivalente pour les deux années, en raison de la construction d’hôtels de plus grande capacité. En effet, la capacité prévue par les 28 conventions signées en 2007 est de 23 838 lits contre 24 310 pour 2008.
Il faut dire que cette dernière année a vu arriver beaucoup d’investisseurs de renom dans le domaine de la construction d’hôtels. On en citera le groupe «Pierre et vacances» qui a décidé d’investir dans cinq villes (Marrakech, Agadir, Tanger, Rabat et Casablanca) un montant de
3 milliards de DH dans des résidences touristiques avec animation et loisirs. On peut aussi citer l’arrivée du groupe  «Louvres Hôtels S.A.S» qui compte mettre sur pied une chaîne hôtelière 3 étoiles dans plusieurs villes du pays sous la marque «Campanile». L’investissement de ce groupe est estimé pour l’heure à 844 MDH pour une capacité de
4 200 lits. Le montant sera sans doute précisé à l’occasion de la signature de la convention prévue pour ce début 2009, année durant laquelle 16 établissements hôteliers d’une capacité totale de  près de 6 500 lits seront ouverts.

Les ressources financières sont disponibles
Marrakech continue d’accaparer la part du lion avec l’ouverture de 11 établissements sur les 16 cités, alors qu’Agadir, la deuxième destination du pays, comptera deux nouvelles adresses. Enfin, deux établissements de 5 étoiles ouvriront leurs portes à Tanger et un dernier à Casablanca.
Il faut signaler, en revanche, certains grands projets qui ne connaissent pas le même sort. C’est le cas, par exemple, de la grande station que prévoyait de construire l’émirati Emaar à l’Oukaïmeden. Or, depuis la signature de la convention, en mars 2006, on n’en a plus entendu parler. Selon la société marocaine d’ingénierie touristique (Smit), le dossier est «toujours en cours d’étude technique et d’instruction au niveau local».
En principe, ce ne sont pas les ressources qui font défaut surtout pour ceux qui désirent lever des fonds sur le marché domestique. Il faut signaler à ce propos que cinq fonds d’investissements touristiques et immobiliers ont été créés pour faire face aux problèmes de financements en fonds propres dans le secteur. Il s’agit, entre autres, de Maghreb Syaha fund (BMCE Bank); Partners (Attijariwafa bank et Banque populaire) et Tcapital (CFG group).