130 millions de DH pour encourager l’investissement dans la région de l’Oriental

Le Conseil de la région de l’Oriental, réuni lundi en session ordinaire au titre du mois de juillet, a procédé à l’examen et l’approbation de plusieurs projets de conventions de partenariat visant la promotion du développement socio-économique dans la région et l’encouragement de l’investissement et la lutte contre le chômage.

La valeur globale de ces projets s’élève à près de 130 millions de dirhams avec un soutien à l’investissement du Conseil de la région de quelque 25 millions de dirhams et ce, pour la création envisagée de quelque 4 500 emplois.

Dans le détail, le conseil a validé :

– une convention pour l’accompagnement d’une société au parc d’offshoring «Oujda Shore».

– une autre portant sur l’installation d’une société d’assurances dans le même parc.

– Des projets de conventions de partenariat visant la création de cinq unités industrielles à Nador et Oujda.

– la réalisation de projets d’aménagement d’infrastructures hydro-agricoles dans les périmètres irrigués de Beni Tadjit et de Talsint dans la province de Figuig.

– des projets de conventions relatives notamment à l’acquisition de matériels et équipements médicaux au profit du CHU d’Oujda et des hôpitaux provinciaux de Nador, Taourirt, Guercif, Figuig et Jerada.

– un projet de convention cadre de partenariat et de coopération portant sur la mise à niveau, la modernisation et la reconstruction des marchés hebdomadaires dans la région de l’Oriental, en sus d’un projet de convention de partenariat aux termes duquel le groupe Al Omrane sera chargé de la supervision de projets de développement dans la région (souks hebdomadaires et écoles communautaires).

– Des projets de conventions de partenariat pour la création d’une école supérieure de technologie et d’une école d’ingénieurs dans les métiers de la mer, l’informatique et le traitement des données à Nador, ainsi que pour l’accompagnement de la création de l’Ecole nationale d’architecture d’Oujda et la Maison de l’Afrique à l’Université Mohammed Premier d’Oujda.

(Avec MAP)