Les PME s’essaient de plus en plus aux outils de la RSE

De plus en plus de PME marocaines mettent en place des démarches RSE, étant convaincues du retour sur investissement d’être socialement responsable. La démarche est encore souvent cantonnée au volet social et à l’engagement vis-à-vis des employés et de l’amélioration des conditions de travail.

L’élan de responsabilité sociétale fait des émules. La RSE n’est plus l’apanage des multinationales et grands groupes marocains. Conscientes de l’intérêt de l’engagement envers les parties prenantes (stakeholders), de plus en plus de PME s’y mettent aussi en définissant les axes prioritaires de leurs stratégies RSE et déploient des actions concrètes pour que leur engagement vis-à-vis de leurs employés, communautés riveraines, fournisseurs, clients, et environnement soit une réalité et non un effet de mode.
Au Maroc, au vu des pratiques des PME sur ce registre, la RSE est encore souvent cantonnée au volet social et à l’engagement vis-à-vis des employés et de l’amélioration des conditions de travail. Peu d’entreprises engagent des actions sociétales menées au profit de la communauté (pratiques externes) et des pratiques environnementales (réduction de la consommation en énergie, recyclage des déchets et réutilisation des fournitures recyclées). Certaines PME, surtout celles évoluant dans l’industrie, mettent de plus en plus en place des systèmes de management environnemental afin de réduire leurs externalités négatives à l’égard de leur environnement.

Démarche de progrès

Mais concrètement que gagnerait une PME à entreprendre une démarche RSE ? Déjà, il faut dire que la RSE étant représentée par une norme, en l’occurrence ISO 26 000, elle permet de définir un langage commun entre les acteurs économiques-producteurs, utilisateurs et consommateurs, de clarifier, d’harmoniser les pratiques et de définir le niveau de qualité, de sécurité, de compatibilité, de moindre impact environnemental des produits, services et pratiques. Ainsi, elle facilite les échanges commerciaux, tant nationaux qu’internationaux, et contribue à mieux structurer l’économie. Selon les experts, la responsabilité sociétale est une démarche de progrès qui s’inscrit dans une recherche de performance globale de l’organisation. Elle pousse à remettre en question les pratiques des organisations qui s’y engagent (réduction des risques, qualité du dialogue social, rapport de l’organisation avec son territoire, attractivité pour de futurs embauchés, amélioration des relations avec les entreprises, les fournisseurs, les pairs, la communauté au sein de laquelle elle intervient, productivité…) et incite à travailler différemment. Une démarche ISO 26000 peut ainsi constituer un formidable levier de croissance pour l’organisation: nouveaux clients, nouveaux marchés… Ainsi, les actions des entreprises et des organisations sont en partie jugées selon leur démarche RSE. Aussi, les investisseurs et partenaires (stakeholders) sont-ils plus rassurés face à des entreprises bien engagées dans cette démarche.

ZOOM

Le diagnostic, un préalable au déploiement

Pour réussir l’implémentation de la RSE dans une PME, le diagnostic est le point de départ pour passer à l’action en étant pragmatique avec des objectifs de progrès pertinents et réalistes. Ce stade permet de prendre conscience des impacts de l’organisation sur la société, de reconnaître toutes ses parties prenantes, de mesurer ses forces et ses faiblesses et de hiérarchiser ses priorités… A ce titre, la formation des décideurs et la sensibilité des collaborateurs sont des éléments clés dans la réussite de la démarche.