Oeuvre de la nature : une expo qui éclot

Mardi 7 janvier, Kenza Hamoumi dévoile sa première exposition «Œuvre de la nature» au JBZ Art’s Concept. Issue du College of Art de Paris, la jeune artiste fait une rétrospective sur un travail de quatre ans.

Il y a certes ce motif floral qui orne les murs du Just Be Zen Art’s Concept, dans des pastels qui dégagent de la douceur, mais également une certaine lascivité dans des nus subtils, presque timides, qui émane des lieux. En fin de tour, l’on découvre un triptyque aux motifs arabesques franchement évocateurs de l’artisanat marocain, bien qu’il soit imprégné de modernité. Kenza Hamoumi passe d’un espace à l’autre, comme pour revisiter son parcours, encore jeune, s’il faut le préciser.

Toujours étudiante à Paris au College of Art, la jeune peintre a tenu à se lancer dans une première exposition individuelle, afin d’avoir un avis extérieur aux sentiers académiques, avant de pénétrer la grande arène des arts plastiques. Pour cela, elle a rassemblé les travaux de ces quatre dernières années, qui représentent ses propres inspirations, loin des exercices scolaires.

L’on y trouve tout ce par quoi la jeune artiste est passée avant de trouver sa propre voie, son propre style. Il y a certes du floral, du nu, mais également des inspirations de l’artisanat, comme un retour aux origines. Dans ses dernières toiles, elle s’est essayée à des techniques nouvelles telles que le marouflage sur bois. «Je pense que c’est ce que j’ai toujours voulu faire et je me sens vraiment épanouie là-dedans».

C’est un peu sans surprise que l’on découvre chez Kenza Hamoumi ce goût prononcé pour l’art moderne, sans pour autant rejeter l’art contemporain, un tantinet trop conceptuel pour elle. Son idole, c’est Georgia O’Keeffe qui explore le féminin, le corps, la nature, un peu toutes les thématiques chères à l’artiste en herbe. Côté Maroc, la jeune femme est admirative de l’art marocain, aussi bien moderne que contemporain et souhaite prendre place dans un style qui lui soit propre. Bon vent !