Malik Bentalha : « Le public marocain est le meilleur de la planète ! »

Il est jeune, pétri d’humour et… il arrive ! Malik Bentalha va enflammer le Marrakech du rire (6-10 juin). Petit apparté.

Une histoire avec le Maroc…
Oui, déjà par le biais de ma mère, qui est marocaine. Je viens très souvent au Maroc, j’ai joué à Rabat, à Casablanca, à Marrakech, dans plein d’endroits au Maroc. Et c’est vrai que c’est toujours un plaisir de jouer dans le pays de ma mère !

Et le public marocain vous a adopté…
C’est le meilleur public de la planète, il n’y a pas mieux ! Déjà on connaît tous les côtés chaleureux et accueillants des Marocains et puis surtout c’est un public qui est très à l’écoute. Ils sont devenus fidèles au MDR, déjà que le premier était un vrai succès, alors maintenant c’est devenu un rendez-vous. Les gens me demandent dans la rue si je vais y retourner, il y a même des gens en France qui vont se déplacer pour le festival. C’est devenu un rendez-vous incontournable, et c’est une bonne nouvelle !

Ça se prépare pour le Marrakech du rire ?
Oui ça se prépare, tout doucement. C’est un peu la course, mais ça se prépare.

La rencontre avec Jamel s’est faite comment ?
J’ai rencontré Jamel à la piscine (rire). Non, on s’est rencontré au Comedy Club, son théâtre à Paris, et je jouais là bas, je faisais une petite scène ouverte. Parce que les Mardi soir c’était ce qu’on appelait les scènes ouvertes, on pouvait débarquer et faire ce qu’on veut, un sketch, un tour de magie, une chanson… Et Jamel est très souvent présent dans la salle, il est à l’écoute de tout ce qui se passe. Il m’a ensuite proposé d’intégrer le Jamel Comedy Club et c’est comme ça que ça a commencé.

Votre parcours ?
Tout a commencé au Comedy Club !

La comédie, c’est ce que vous avez toujours voulu faire ?
Oui, depuis toujours. Il y a quelque temps, j’ai retrouvé une cassette vidéo de moi au primaire, à 7/8 ans, en train de jouer un sketch de Gad Elmaleh ! Donc oui, j’ai toujours rêvé de faire ça !

Mais de là à en faire un métier, ça n’a pas dû être facile ?
On ne prend conscience des contraintes que très tard. Moi c’est une prof d’espagnol à l’école qui m’a orienté vers ce métier en me disant «Vas à Paris et tente ta chance !» et je suis monté à Paris juste après mon baccalauréat, j’étais encore très jeune.

Qu’est-ce qui inspire votre humour ?
Je m’inspire beaucoup de l’observation, de la vie quotidienne, mais surtout de mon parcours à moi, j’ai 23 ans et je parle de mes origines, de mon lieu de naissance, mon parcours scolaire et aussi des émissions de télé. Je suis un véritable enfant du club Dorothée, Fort Boyard, ce n’est pas sorcier… Donc, je parle beaucoup de télé !

Vos origines, thème récurrent dans vos spectacles, vous y tenez ?
Oui, bien-sûr. Mais je n’en parle qu’au début du spectacle, je ne veux pas «m’auto-stigmatiser» !

Pour cette nouvelle édition, on aura droit à du sur-mesure ou on retrouvera les anciens sketchs ?
Que du nouveau, de l’exclusif, du neuf ! Que du nouveau pour le public marocain, pour le Maroc, j’ai hâte d’y être, Inchallah.

Donc on peut rêver d’un duo sur scène ?
Déjà Jamel est le maître de la cérémonie, donc il va croiser tous les artistes sur scènes. Puis après je vais jouer un sketch que je n’ai jamais joué encore, je suis très excité à l’idée de jouer ce sketch «Made in Maroc» !

Avec cette nouvelle notoriété grandissante, vous arrivez tout de même à rester très simple…
Ah, ben ça, c’est la famille ! J’ai grandi dans une famille modeste, et ma mère m’a appris l’humilité, et à rester humble. Je ne suis pas Michael Jackson, donc doucement, «bchwya 3lik !» quoi ! Franchement, j’ai toujours été un garçon tranquille, mais je ne cache pas que si un jour je gagne un Oscar comme Jean Dujardin, je ne parlerai plus à personne ! Je me prendrais la grosse tête ! Vous voilà prévenus, restez sur vos gardes.

Des projets dans le cinéma, alors ?
Oui, je viens de finir le tournage d’un film qui va sortir l’année prochaine en France qui s’intitule Né quelque part. Mais, sinon, beaucoup d’autres projets, mais jusque-là rien de concret, vous en entendrez parler dans le futur, Inchallah.

Et sur scène ?
Je joue actuellement mon spectacle chaque soir au Comedy Club, et à la rentrée aussi. Puis dans d’autres scènes, des plus grandes scènes à
Paris. Et il y a le DVD, la tournée… Il reste encore beaucoup de choses à faire avec ce spectacle, on n’est qu’au début là ! Vous n’avez pas fini d’entendre parler de moi !