Le soutien à la culture en chiffres

Le ministère de la culture vient de publier les résultats de la première session de l’année 2017 du programme de soutien à la culture. Les rapports indiquent une nette augmentation du nombre de projets retenus par rapport à l’année dernière.

Quelque 10,5 millions de dirhams pour le livre, 9 millions pour la musique, 8 millions pour le théâtre et 3,5 millions pour les arts plastiques et arts visuels sont les montants alloués au titre de la première session de l’année 2017. Le ministère de la culture s’enorgueillit de l’augmentation du nombre de projets déposés et retenus par rapport à la même période de l’année 2016. Une tendance expliquée par l’augmentation des budgets globaux réservés à chaque discipline : 15 millions de dirhams pour le livre, le théâtre et la musique et 10 millions pour les arts plastiques.

Le livre revalorisé

Ce sont 909 projets qui ont été soumis à la commission en charge d’accorder le soutien financier tant espéré. Parmi eux, 614 projets ont été acceptés dans les différents domaines, allant de l’édition aux actions de sensibilisation à la lecture. Le secteur de l’édition est le premier concerné par ce fonds, puisque la commission a retenu 315 projets des 477 soumis. Les montants alloués vont de 8 000 DH, pour les essais, les romans et les traductions, à 150 000 pour certains livres d’art.

Une grande part du budget va à la participation aux Salons nationaux et internationaux du livre. Cela concerne les frais de chargement, les billets d’avion, la résidence ou la réservation de stands. Le Maroc sera ainsi représenté dans 34 salons internationaux, dont ceux de Paris, Le Caire, Francfort, Montréal, Dakar, Les îles Canaries, Prague, Santiago, Doha, Achariqa, Beyrouth et Pékin.

Le reste du budget a été alloué à l’édition de revues littéraires, au lancement et à la modernisation de revues culturelles électroniques, à la sensibilisation à la lecture publique  et à la création et la modernisation de librairies. A noter que seulement 3 nouvelles librairies verront le jour à Tétouan, Agadir et Tan-Tan, contre 8 projets de rénovation et d’animation.

L’aide à l’écriture reste, quant à elle, assez faible. Au titre de la première session 2017, seulement 7 projets ont été soumis à la commission. 6 d’entre eux ont été accordés. Il s’agit d’un essai, d’un livre d’art, de deux romans et de deux traductions. Les montants vont de 13 000 à 60 000 DH, pour des résidences au Maroc et en France.

Musique, théâtre et chorégraphie

70 projets musicaux et chorégraphiques ont été  appuyés par la commission en cette première session, soit environ 45% de l’ensemble des demandes, pour un budget de 9 180 000 DH. L’aide concerne la création musicale, la promotion et la diffusion d’œuvres musicales et lyriques, l’organisation de manifestations et festivals professionnels, la participation aux festivals internationaux de la musique et des arts chorégraphiques, les résidences artistiques et les spectacles d’art chorégraphique. Les montants peuvent arriver à 200 000 DH pour la création musicale, 180 000 DH pour l’organisation de festivals et 80000 DH pour la participation aux manifestations internationales. Parmi les bénéficiaires, on peut trouver Abdellah El Miry, Nouamane Lahlou ou Hatim Idar. Si la création se concentre dans l’axe Casablanca-Rabat, pour des raisons évidentes de logistique, les festivals et manifestations professionnelles de la musique s’étendent de Tanger à Mhamid Al Ghizlane, en passant par Meknès, Settat ou Guercif. Rappelons que le secteur de la musique a été renforcé par la création du Bureau Export de la musique marocaine (Momex) en partenariat avec la Fondation Hiba et la Fondation OCP.

Côté théâtre, les demandes de soutien concernaient le long séjour des troupes (jusqu’à 550 000 DH de budget), la production d’œuvres théâtrales, l’organisation et la participation aux manifestations d’art dramatique, les ateliers de formation et les arts de rue (entre 30 000 et 60 000 DH). Seulement 68 projets ont été retenus sur les 179 soumis, totalisant un coût de 8 208 000 DH. Les projets de production d’œuvres théâtrales retenus doivent attendre la présentation devant la commission pour qu’elle détermine le montant de la subvention.

Le 3e art

Seulement 3,5 millions des 10 millions de dirhams alloués aux arts plastiques ont été attribués au titre de la première session 2017. Il y a encore une chance d’être pris en deuxième session pour tous les porteurs de projets de création et de résidences artistiques, des éditions monographiques d’artistes ou de sites web dédiés à l’art, de participation aux salons et expositions, ainsi que d’animation électronique.

Au total, 55 projets ont été retenus, dont une grande partie dédiée aux expositions d’art, mais également à des projets annexes tels que la création de catalogues de bandes dessinées (100 000 DH), la publication de la revue Dyptik (120 000 DH) ou le développement du site web Bab Elfan (100 000 DH).

A noter que les résidences artistiques bénéficient de budgets restreints au Maroc comme à l’étranger. Ce qui rend les artistes tributaires de mécénat des grandes entreprises et de fonds étrangers. Le secteur des arts plastiques étant particulièrement lucratif, y injecter davantage de moyens ne serait pas inutile.